Dans un peu plus de noir


La nuit
Délie ses cheveux.
Recouvre les plis de son corps défait.

La nuit
Regarde
Son corps bleu étendu dans le soir
Ses mains endormies
Son regard qui se noie
Au bord de l’eau du monde.

Alors,
La nuit
Amoureuse
Passe une main fraîche sur ses yeux noirs.
Remet une couche de soir
Sur son corps bleu qui s’enfonce
A corps perdu dans un peu plus de noir.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s