Scène 2 (cont.3)

Madame H : Ça veut dire que c’est à vous de décider.
Patrizia : Alors c’est oui tout de suite.
Madame H : Tout de suite ! Magnifique ! Rappelez-moi votre âge s’il vous plait.
Patrizia : J’ai 23 ans.
Madame H : Exactement. Vous avez 23 ans. Un enfant. Quelqu’un que vous ne connaissez pas vous propose de signer un contrat que vous n’avez pas lu et vous signez sans hésiter.
Patrizia : J’ai besoin d’argent.
Madame H : Vous avez bien lu le texte de l’annonce.
Patrizia : Je l’ai lu. Plusieurs fois. Surtout le salaire.
Madame H : Et le mot « expérience », vous l’avez lu aussi ?
Patrizia : J’ai aussi lu « expérience », oui.
Madame H : Et vous ne vous êtes pas demandée en quoi allait consister cette « expérience » ?
Patrizia : J’ai pensé à une étude sur les effets secondaires d’un nouveau médicament.
Madame H : Et si c’était vrai ? Vous seriez prête à mettre votre santé en danger pour 9000 Euros par mois ?
Patrizia : 9500 Euros.
Madame H : Si vous voulez. Mais répondez à ma question.
Patrizia : Je suis prête à pas mal de choses pour 9500 Euros par mois.
Madame H : Vous seriez prête à… Je ne sais pas moi… À donner un rein pour ce prix-là ?
Patrizia : Réfléchit en silence.
Peut-être… Je ne crois pas.
Madame H : Nous parlons d’un contrat d’une durée de six mois. 9500 Euros multipliés par 6, ce qui fait un total de 75’000 Euros.
Patrizia : Je veux qu’on me dise exactement comment va se passer l’opération. Ce que je risque. Et aussi, comment sera ma vie après.
Madame H : On vit très bien avec un seul rein…
Patrizia : Et aussi, je veux voir le chirurgien !
Madame H : … Mais il ne s’agit pas du tout de cela mademoiselle. Nous sommes en pleine forme, moi et mes deux reins. L’annonce parle d’une expérience. Une expérience, pas une opération.
Patrizia : Mais vous venez de dire qu’on vit très bien avec un rein.
Madame H : C’était juste un exemple. En réalité, il n’y aura pas d’opération, juste une petite incision. Rien de compliqué, vous verrez. Je vais appeler le médecin. Il va tout vous expliquer.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s