Le mouton volant

Deux hommes sont debout face un découpage représentant un mouton. Ils portent une marinière et un béret basque, on dirait deux Français.

Premier Français : Bonsoir. ici nous avons les diagrammes modernes du mouton anglo-français … maintenant … baa-aa, baa-aa…
Il déplace la tête découpée du mouton, sous la tête, on découvre des cadrans.
Premier FrançaisNous avons, dans la tête, le cabine. Ici, on se trouve le petit capitaine Anglais, Monsieur Trubshawe.
Deuxième Français : Vive Brian, wherever you are.
Premier Français : D’accord, d’accord. Maintenant, je vous présente mon collègue, le pour célèbre, Jean-Brian Zatapathique.
Il arrache sa moustache et la colle sous le nez du deuxième Français
Deuxième Français : Maintenant, le mouton … le landing … pendant les wheels, bon.
Il rentre les pattes découpée du mouton, des roues apparaissent.
Premier Français : Bon, les wheels, ici.
Premier Français : C’est formidable, n’est-ce pas … Et bon, ouh.
Il soulève la queue du mouton, sous la queue, une hélice.
Deuxième FrançaisAaaah. Interjections. Ravissement. Français yaourt.  Bon, tchouk, tchouk, tchouk.
Premier Français : Merci beaucoup. Suivez la piste.
Deuxième Français : Tais-toi donc. Mais, où sont les bagages ? Où est les voyageurs ?
Recolle sa moustache sous le nez du premier Français. Réprime avec peine un sanglot de fou-rire.
Les deux Français : Les voyageurs !
Premier Français : Les voyageurs, ils sont où ? ICI !!!
Ils ouvrent les deux volets au centre du découpage. Tadam! Sous le ventre du mouton, on découvre la cabine, les sièges, tout le toutim. Ils s’esbaudissent, se congratulent, ils font le mouton volant.

La scène suivante a été coupée. Elle fait partie de l’épisode Sex And Violence écrit et interprété par les Monty Python. On passe alors du mouton volant au supermarché où quatre ménagères anglaises parlent des Français, de Blaise Pascal, de Voltaire et de Descartes.
Bien que cette scène soit empreinte de pastoralisme ovin , elle n’ajoute rien à la beauté du mouton volant.

La Vie de Brian

La Vie de Brian (1979) est un film des Monty Python qui retrace la vie de Brian.
Brian est né un 24 décembre dans une étable proche de celle de Jésus et visité par les rois-mages qui se sont trompés de mangeoire. Ensuite ça se complique. Extrait.

Les membres du Front Populaire de Judée sont assis dans l’amphithéâtre. Stan vient d’annoncer qu’il a décidé de devenir une femme et il explique pourquoi.

Stan : Je veux être une femme. À partir de maintenant, je veux qu’on m’appelle Loretta.
Reg : Hein !?
Stan : Je suis un homme. C’est mon droit.
Judith : Stan, pourquoi veux-tu être Loretta ?
Stan : Je veux avoir des bébés.
Reg : Tu veux avoir des bébés ?!
Stan : S’il le désire vraiment, chaque homme a le droit d’avoir des bébés.
Reg : Mais….. Tu ne peux PAS avoir de bébés.
Stan : Je te défends de m’opprimer.
Reg : Stan, je ne t’opprime pas. Tu n’as pas d’utérus! Où est-ce que le fœtus va bien pouvoir se développer ? Tu penses le garder dans une boîte ?
Stan se met à pleurer

Judith : Là, Là. Ne pleure pas. J’ai une idée. Supposons que nous soyons d’accord sur le fait qu’il ne peut pas avoir de bébés, vu qu’il n’a pas d’utérus. Ce n’est la faute de personne, non ? Même pas des Romains! Mais supposons qu’il pourrait avoir le DROIT d’avoir des bébés.
Francis : Bonne idée Judith!
Se tourne vers Stan 

Francis : Nous allons combattre l’oppresseur pour défendre ton droit à avoir des bébés.
Reg : (fâché) Et ça servira à quoi?
Francis : Hein ?
Reg : Oui, à quoi ça va servir de défendre son droit à avoir des bébés, s’il ne peut PAS avoir de bébés ?
Francis : Ce sera le symbole de notre lutte contre l’oppression.
Reg : Ce sera le symbole de son combat contre la réalité.