La véritable origine de l’automne (38)

Dieu qui n’était pas un homme, Dieu soupira infiniment.

– Dieu ne se montre pas. Je te l’ai déjà dit, Adam, Dieu est. Partout et nulle part à la fois.
– N’empêche, Dieu a des bras pour soulever les filles.
– Vision purement anthropomorphique mon enfant.
– J’essaie juste de comprendre.
– Alors, pense au vent. Tu ne vois pas le vent, n’est-ce pas ?
– Je vois venir la métaphore à deux balles…
– Et pourtant tu sens la caresse du vent sur ton bras.
– En parlant de caresse, est-ce qu’on pourrait reprendre là où tu nous as laissés.
– Pas avant que tu te sois protégé.
– Protégé de quoi ? De la peste ? Du choléra ?
– Adam !
– Ben quoi Adam ?
– Tu m’avais juré, tu te souviens ?
– S’il fallait me souvenir de tous les trucs que je t’ai racontés depuis deux jours, faudrait que j’engage une secrétaire.
– L’emballage ? La membrane à dérouler sur ton membre ?
– Ah oui ! Ça me revient. Faut m’excuser aussi, j’étais pas préparé.
– En effet, ça a dû te surprendre, mais maintenant tu sais à quoi t’attendre. Donc c’est clair : des rapports, oui, mais uniquement des rapports protégés.
– Affirmatif mon général. Mais tu avoueras que ça tue un peu la spontanéité.
– C’est le prix à payer mon garçon. Je te l’ai dit, je ne veux pas de reproduction. Maintenant, si vous le permettez, je vous demande la permission de me retirer. J’ai le tracé d’un fleuve à corriger.
– « Je vous demande la permission de me retirer » C’est vrai qu’il est chiant, mais il a la classe quand même.
– Qu’est-ce que c’est que cette histoire de membrane ?
– Caresse mon membre, je vais te montrer.
– Non. D’abord tu vas m’expliquer.
– Oui, mais pour t’expliquer il faut que tu redresses mon petit serpent.
– Quoi, là tout de suite ?
– Ben oui, c’est Dieu qui l’a dit.
– Et Dieu, c’est qui ?
– Quoi, Dieu c’est qui. Tu sais bien qui est Dieu non ? C’est ce type qui vient de te transporter par avion sur au moins deux kilomètres.
– Moi, j’ai seulement vu ses mains.
– Dieu n’a pas de mains.
– Des mains de femme.
– Impossible.
– Pourquoi impossible ?
– À cause de moi, tu vois.
– Je ne vois pas.
– C’est pourtant simple. Qui est arrivé ici en premier, hein, toi ou moi ? Le premier, c’est moi. Le premier HOMME créé à Son image, SON image, tu vois ? Il s’est inspiré de lui pour me créer, moi.
– Possible, mais Dieu est une femme.
– Bien sûr et moi je suis le ragondin musqué.
– Dieu est une femme, c’est elle qui a cousu ce manteau.
– Remarque sexiste.
– Je parlais de ses mains.
– En parlant de mains, tu voudrais pas t’occuper un peu de moi, que je te montre comment emballer mon petit serpent.
– L’emballer, pour quoi faire ? Tu as peur qu’il s’enrhume ?
– C’est pour les bébés.
– Comment ça pour les bébés ?
– Pour éviter de faire des bébés. Toi et moi on est dangereux. Dangereux, tu comprends ! C’est Lui qui l’a dit.
– C’est Elle. Elle.
– Si tu veux.
– Et pourquoi on est dangereux ?
– Parce qu’on est compliqués. Quand on regarde le ciel, on voudrait voler.
– Et alors ?
– T’as déjà vu un arbre qui voudrait voler ?

La véritable origine de l’automne (37)

On entendit un bruit, un hurlement étouffé et flouté par le vent. Ève releva la tête et vit au loin la silhouette d’Adam danser sur l’herbe grasse qui ondulait doucement. Adam court. Adam vole, il taille un sillon sauvage dans le tendre verger du premier jardin. Il est en nage, il est en rage, le regard fou, l’écume aux lèvres, et la bouche figée dans un hurlement permanent. Il arrive enfin à la hauteur d’Ève qu’il manque de pulvériser dans son élan.

– Où est-Il ?
– Où est qui ?
– Où est Dieu, Nom de Dieu !
– Je suis là mon enfant.
– Tu es là, où ?
– Tu le sais bien, je suis partout.
– Et Ta tête, elle est où ?
– Dieu n’a pas de tête…
– Et Dieu a pas de bras, poil aux doigts.
– Adam, surveille ton langage, tu oublies que tu parles à ton Dieu.
– Ah oui ? Mais qu’est-ce qui me prouve que c’est bien Toi, d’abord, hein ? Peut-être que j’hallucine, peut-être que j’entends des voix.
– Adam, voyons.
– Des voix, parfaitement. T’as déjà entendu parler des acouphènes ?
– Adam !
– Quoi Adam ? Quoi Adam ? Je me réveille un matin et une voix me dit voilà, Je suis Dieu Tout-Puissant et Je t’ai créé à Mon image pour moins M’emmerder pendant les longues soirées d’été. Va et découvre le monde que J’ai fabriqué pour toi. Le monde entier en moins d’une semaine ! Vite fait, sur le gaz. Pour commencer, Tu installes l’électricité. Le lundi, Tu poses le ciel. Le mardi, Tu fais des pâtés de terre. Le mercredi, Tu recommences avec la lumière. Le jeudi, c’est le jour du poisson, drôle de jour pour le poisson. Le vendredi, grosse journée ! Toutes les plantes, plus tous les animaux, plus moi, plus Ève. Le samedi tu peaufines et le dimanche, tu fais la sieste. Normal : tout l’univers en six jours chrono, forcément, ça fatigue. Là, on est dimanche soir. Tu as bien dormi, Tu es frais, à bloc, parce que la semaine prochaine, gros défi : Tu as deux deux jours pour inventer la recette des spaghetti bolognaise !
– ADAM !
– Quoi Adam ? Tu souffles sur la terre et pif paf pouf abracadabra, devant nous l’Himalaya ! L’Everest, 8’848 mètres, d’un seul coup, sans les mains. Sérieusement, Dieu, Tu déconnes. Débranche les micros et montre-Toi si T’es un homme.

La véritable origine de l’automne (36)

– Lâchez-moi s’il vous plaît.
– Un peu de patience.
– J’aimerais savoir…
– Juste un instant.
Dieu dépose délicatement Ève sous la ramure légère d’un arbre trapu.

– Ici nous serons tranquilles. Que voulais-tu savoir ?
– Il y a un problème avec le petit serpent ?
– Quel problème ?  Il n’y a aucun problème.
– Seulement ?
– Seulement un léger souci avec Adam et toi.
– Moi, je passais un bon moment.
– Je n’en doute pas ma chère enfant.
– Je ne suis pas votre enfant.
– Je t’ai créée comme j’ai créé Adam, à Mon image, tu vois.
– À Votre image ? Mais alors qu’est-ce que Vous avez entre les jambes, un petit trou ET un petit serpent ?
– Je n’ai pas de jambes. Je suis le vent.
– C’est dommage, j’ai bien aimé le petit serpent, Adam, la peau de son ventre plat, ses cuisses dures sous moi. C’est curieux, il avait l’air de souffrir, il avait l’air de mourir.
– Heureusement, je suis arrivé à temps.
– Il ne souffrait pas pourtant.
– Non, il ne souffrait pas.
– Alors, pourquoi ?
– Je n’ai pas eu le temps.
– Le temps de quoi ?
– Le temps de te parler. Le temps de t’expliquer. Il y a des choses qui se font et des choses qui ne se font pas.
– Les choses qui se font et les choses qui ne se font pas…
– Regarde autour de toi Ève, qu’est-ce que tu vois ?
– Je vois de l’eau, le fleuve, des collines remplies d’arbres. Je vois le ciel et des nuages. Je vois des troupeaux d’animaux que je ne connais pas. Je vois le soleil…
– … les étoiles et la lune pour éclairer la nuit. J’ai passé une semaine entière à construire un monde qu’Adam et toi pouvez détruire en un quart de seconde.
– Je ne crois pas que je pourrais détruire cet arbre. Pas plus que cet hippopotame, là-bas.
– Je voulais quelqu’un qui me ressemble. Quelqu’un à qui parler le soir, tu vois ? C’est dur d’être Celui qui était, Celui qui est et Celui qui sera. l’Alpha et l’Oméga. Le commencement et la fin, surtout quand la fin ne finit pas.

La véritable origine de l’automne (35)

Alors, Adam se détend.
Ève sent la vie qui monte, la vie qui peu à peu tend le petit bout de chair vibrant qu’elle tient serré dans le creux de ses mains.
L’Homme Premier. Ses boucles blondes. Son corps paysage, détendu, à l’abandon. À ce moment précis, il est tout petit, le roi de la création. Tout petit. Aussi petit que l’enfant qu’il aurait pu être sans cette absence de nombril au milieu du ventre, Adam couché sur le dos, les yeux fermés, et Ève qui le regarde s’abandonner à une caresse qu’elle invente au fur et à mesure, hors d’elle, presque en se regardant.
Toujours penchée sur ce membre souffrant, elle se déplace, imperceptiblement. Elle enjambe le corps du naufragé échoué sur ce banc de sable mouvant. Elle le regarde. Elle s’agenouille. Elle fléchit, tout doucement. Le contact inattendu fait frémir son bas-ventre. Elle se dit qu’il est doux. Tiède. Lisse. Soyeux. Ses mains se referment. Elle le tient fermement. Les muscles de ses cuisses se détendent. Elle entre en lui. Elle parcourt lentement toute la longueur de ce membre vertical et glissant. Elle s’assied. Sous ses fesses, elle sent la pointe dure des deux os qui émergent de la ligne des hanches qu’il a si larges au fond de son ventre.
Elle reste assise là. Sans bouger. Sur lui qui se tend, renverse la tête et ouvre les yeux, le regard flou, le regard figé, fixé sur la lueur chancelante de l’étoile qui vient de s’allumer dans son ciel intérieur.