Le mouton volant

Deux hommes sont debout face un découpage représentant un mouton. Ils portent une marinière et un béret basque, on dirait deux Français.

Premier Français : Bonsoir. ici nous avons les diagrammes modernes du mouton anglo-français … maintenant … baa-aa, baa-aa…
Il déplace la tête découpée du mouton, sous la tête, on découvre des cadrans.
Premier FrançaisNous avons, dans la tête, le cabine. Ici, on se trouve le petit capitaine Anglais, Monsieur Trubshawe.
Deuxième Français : Vive Brian, wherever you are.
Premier Français : D’accord, d’accord. Maintenant, je vous présente mon collègue, le pour célèbre, Jean-Brian Zatapathique.
Il arrache sa moustache et la colle sous le nez du deuxième Français
Deuxième Français : Maintenant, le mouton … le landing … pendant les wheels, bon.
Il rentre les pattes découpée du mouton, des roues apparaissent.
Premier Français : Bon, les wheels, ici.
Premier Français : C’est formidable, n’est-ce pas … Et bon, ouh.
Il soulève la queue du mouton, sous la queue, une hélice.
Deuxième FrançaisAaaah. Interjections. Ravissement. Français yaourt.  Bon, tchouk, tchouk, tchouk.
Premier Français : Merci beaucoup. Suivez la piste.
Deuxième Français : Tais-toi donc. Mais, où sont les bagages ? Où est les voyageurs ?
Recolle sa moustache sous le nez du premier Français. Réprime avec peine un sanglot de fou-rire.
Les deux Français : Les voyageurs !
Premier Français : Les voyageurs, ils sont où ? ICI !!!
Ils ouvrent les deux volets au centre du découpage. Tadam! Sous le ventre du mouton, on découvre la cabine, les sièges, tout le toutim. Ils s’esbaudissent, se congratulent, ils font le mouton volant.

La scène suivante a été coupée. Elle fait partie de l’épisode Sex And Violence écrit et interprété par les Monty Python. On passe alors du mouton volant au supermarché où quatre ménagères anglaises parlent des Français, de Blaise Pascal, de Voltaire et de Descartes.
Bien que cette scène soit empreinte de pastoralisme ovin , elle n’ajoute rien à la beauté du mouton volant.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s