Il fait nuit jour et nuit

Faut la pimper, la réalité, tu vois.

D’abord, tu nettoies à fond. À la vapeur. À haute pression. Faut la décaper, la réalité. Effacer les taches de sang. Les traces de sperme. La mayonnaise. Que tout soit propre. Stérilisé. Ensuite, tu ajustes les couleurs, tu augmentes les contrastes, tu colles un filtre, un flou. Artistique, tu vois, le flou. Artistique. Sur la tronche de la réalité, qu’on voie plus ses rides. Ses points noirs. Ses trois longs poils sur son grain de beauté.

Mais tu vois, même maquillée comme ça, elle arrange personne, la réalité. Et d’abord, c’est quoi, hein, la réalité, je te le demande, regarde par la fenêtre, il fait beau, non ? Ciel bleu. Aucun nuage. C’est l’été. En même temps c’est l’hiver. En même temps c’est l’orage. Il fait jour. Il fait nuit. Aussi. En même temps. Alors tu vois, si je te dis qu’il fait nuit, j’ai raison. J’ai raison AUSSI. Il fait beau. Il pleut. Il neige. Il fait jour. Il fait nuit. Il ne fait jamais jour. Il ne fait jamais nuit. Il fait jour, jour et nuit.

Alors, tu vois, la réalité n’a même pas besoin d’être arrangée, elle doit juste être racontée, comme une histoire qu’on raconte aux enfants, le soir, avant de s’endormir, pour qu’ils fassent de beaux rêves et pour que le matin, au réveil, ils continuent de rêver. Les cons.