Sous la jupe du soleil

BerlinLe mur de Berlin est tombé. Derrière le mur, côté est, les architectes avaient tiré des traits droits et perpendiculaires. Et surtout, confisqué tous les pots de couleurs, passé les villes à la machine monochrome. Blanc. Gris clair. Gris moins clair. Gris foncé. Presque noir. Gris plutôt chaud. Gris plutôt froid.
Sans prévenir, le soleil se lève. Il barbouille ces surfaces atones de jaune, d’orange et de rouge. Il pose des reflets dorés aux vitres. Il creuse des ombres bleues. Il dessine des reflets flous. Il met le bordel partout.

Le soleil fait la révolution.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s