Le temps de l’indécision

Est-ce que je pars, est-ce que je reste ?
Est-ce qu’il fera beau demain ?
Est-ce que je pars, est-ce que  je reste ?
J’attendrai demain matin.

Si je pars, est-ce que je reviens ?
Est-ce que je pars pour toujours ?
Si je pars, est-ce que je reviens ?
J’attendrai un autre jour.

Est-ce que Paris au mois d’août
Vaut Paris au mois de septembre ?
Est-ce que j’attends le mois d’octobre
Pour enfin aller à Berlin ?

Est-ce que j’écris, est-ce que je peins ?
Combien de temps je vais attendre ?
Combien de temps je vais rester
À regarder mes mains vieillir ?

Et si je l’avais prise par la taille ?
Et si j’avais poussé sa porte ?
Et si j’étais simplement monté
Avant de redescendre ?

Une fois de plus, je me suis trompé.
Et simplement n’existe pas.
Finalement qu’est-ce que ça change ?
Demain, je me tromperai encore

Je me tromperai moins demain.

Sous la jupe du soleil

BerlinLe mur de Berlin est tombé. Derrière le mur, côté est, les architectes avaient tiré des traits droits et perpendiculaires. Et surtout, confisqué tous les pots de couleurs, passé les villes à la machine monochrome. Blanc. Gris clair. Gris moins clair. Gris foncé. Presque noir. Gris plutôt chaud. Gris plutôt froid.
Sans prévenir, le soleil se lève. Il barbouille ces surfaces atones de jaune, d’orange et de rouge. Il pose des reflets dorés aux vitres. Il creuse des ombres bleues. Il dessine des reflets flous. Il met le bordel partout.

Le soleil fait la révolution.