L’horoscope de la femme cancer (3ème partie)

Nous avions quitté Charles, Prince de Galles alors que Soames, son majordome partait à la recherche de Mr Parker, un ami perdu sur les rivages troubles de l’adolescence (Voir plus bas)

Charles se tient debout sur la plus haute tour du château. Il est immobile. Le visage tendu vers le soir baroque qui bouleverse le morne ordonnancement du paysage écossais. Les nuages en rut se chevauchent dans une débauche de couleurs pourpres. Pénétré jusqu’au fond de l’âme par les impétueux élans du ciel, Charles frémit. Il regarde vers l’ouest. Il pense aux Doors et à Jim Morrison. « The West is the best ». Jim qui portait une cascade de cheveux bouclés, tout comme cet homme qui est en route pour Balmoral et que Charles n’a pas revu depuis le temps où ils écoutaient les Doors ensemble, cachés dans un recoin de l’aile sud de Buckingham Palace. Il revoit ces cheveux lourds et flamboyants, ce profil altier à peine contrarié par ce prénom ridicule, Camillus, porté comme un étendard malgré les moqueries de ses camarades.
Charles attend.
La nuit tombe sur septembre et l’Écosse est encore plus sombre. Charles frisonne, il faut rentrer. Une dernière fois, il lève les yeux en direction de la ligne sombre qu’on devine encore à travers la forêt. Une lueur faible apparaît comme une promesse, tout au fond de l’ouest. Une luciole fragile et jaune qui avance tremblant à travers l’air froid. Une clarté diffuse que la masse sombre des arbres happe par intermittence.

Une voiture traverse la forêt. À cette heure tardive, ça ne peut être que lui.

Charles s’engouffre dans l’escalier. En ce soir de septembre 1981, il va sur ses 33 ans. Il a beaucoup voyagé, beaucoup vécu, il est marié. Le soir, il bâille. À l’arrière de son crâne, déjà les cheveux se font rares. C’est un homme mûr et déjà fatigué. Mais la vue de cette voiture abolit d’un seul coup toutes les années grises qui le séparent de l’adolescence, des Doors, de Woodstock et des filles au bord du feu, sur les plages de Californie.

En ce soir de septembre 1981, en dépit de ses 33 ans, le prince de Galles a 16 ans.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s