La véritable origine de l’automne (11)

Dieu sentit comme un fourmillement dans Sa main droite.

D’un naturel bienveillant, Il avait, pour Son royaume, prévu un ciel clément, une température agréable et quelques bouffées de vent. Mais Il envisageait soudain l’hypothèse d’un orage, la possibilité d’un gros nuage bien noir qui remplirait le ciel et craquerait d’un seul coup de tonnerre. Pour  ajouter de la lumière au son, Dieu voyait un phénomène électrique, une décharge de cent mille volts concentrée dans un éclair tranchant qu’Il pourrait diriger à Sa guise et qu’à ce moment précis, Il voyait pointé sur le derrière bronzé d’Adam.  Ainsi traversé par ce trait de lumière, ledit derrière aurait eu un accès instantané et définitif aux dernières avancées technologiques en matière de pénétration.
Le doigt sur le bouton de mise à feu, Dieu reprit Ses esprits, arrêta le compte à rebours et considéra l’objet de son courroux. Il reprit, sur un ton plus doux.

– Adam, mon enfant, j’aimerais, s’il te plait, que tu surveilles ton langage. On ne blasphème pas en présence de Dieu.

– Ah, oui ? Alors, comment il faudrait que je te parle ? Tu voudrais peut-être que je te vouvoie ? Que je t’appelle mon Altesse Sérénissime ou quelque chose comme ça ? Ta Majesté, je suis sûr que tu trouverais ça trop cool. Mais d’abord, qui tu es pour me parler comme ça, hein ? C’est toi qui tiens la baraque ici ?

– Je suis Celui qui était, qui est et qui sera.

– Sans blague ! Imparfait, présent, futur, c’est sûr, c’est toi le roi de la conjugaison.

– Je suis l’alpha et l’oméga.

– Oui mon prince, tu es aussi le roi en langues étrangères… Tu te la pètes un peu quand même, sauf ton respect,  Altesse.

– Adam, écoute-Moi. Je suis Celui qui était au monde avant que le monde soit monde. Le monde était noir et J’ai fait de la lumière. En haut, J’ai placé le ciel et en bas les océans. Au milieu des océans, J’ai semé de la terre et de l’herbe remplie de fleurs odorantes. Dans le ciel, J’ai suspendu le soleil et pour faire de l’ombre, J’ai planté des arbres. Ensuite, J’ai créé les animaux pour peupler les mers, le ciel et la terre, Enfin, Je t’ai créé, toi, Adam, à un seul exemplaire et Je t’ai placé au sommet de la création, pour que tu règnes en maître sur Mon royaume.

– Ok ma grande. J’ai bien compris : ton royaume, il est immense et beau et rempli de trucs géniaux. Tu penses que j’ai le profil pour m’occuper du domaine. Je suis bien d’accord avec toi. Donc, tu me files ton royaume, j’accepte, et ensuite je te l’échange contre un bon coup.
Deal ?

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s