La résurrection du cimetière

Il faut se rendre à l’évidence. Les cimetières sont très peu fréquentés par les vivants.
Pour les morts, je ne dis pas. Mais les vivants préfèrent aller voir un bon match de football ou regarder les gens mourir à la télévision. Et même à la télévision, on néglige la mémoire des défunts : les méchants arrivent, posent des bombes à retardement et ouvrent le feu sur la population. Les gentils arrivent et ouvrent le feu sur les méchants. On dénombre 45 cadavres. Cut.
La scène suivante s’ouvre sous un arbre avec un plan panoramique sur un cimetière un jour d’été. Une assemblée vêtue de noir regarde le cercueil noir qui descend dans le trou noir. Derrière l’assemblée, une silhouette noire sort d’un 4X4 noir. Le flic s’avance alors que la famille éplorée reçoit les messages de l’assemblée dévastée. Le flic s’incline devant la veuve. Très sobre, il lui présente ses condoléances et lui demande de passer à son bureau demain à 5 heures. Cut.
Dans la scène suivante, on passe immédiatement dans le bureau du flic où la veuve attend. Personne n’a pensé à un plan fixe, juste 2 secondes où la caméra s’arrêterait devant la pierre tombale.
Le problème des cimetières, c’est justement ça : le manque d’action. Le manque de résurrection.
Il ne s’agit plus d’attendre la venue d’un hypotétique messie. La vie doit revenir dans les cimetières. Prenons le contre-pied des scénaristes américains et arrêtons-nous longuement devant une pierre tombale. Nous découvrons une vaste étendue verticale de marbre brillant, à peine entamée par un prénom souvent très bref, suivi d’un nom de famille souligné de deux dates. Il reste une surface considérable, un espace inutilisé, alors que nos usines fabriquent des écrans électroniques aussi fins qu’une feuille de cellophane. Collez l’écran souple sur le marbre froid. Tissez un réseau d’ondes entre les tombes et vous obtenez le premier cimetière interactif. On remplace les carrés confessionnels par les carrés professionnels, et vous livrez un produit segmenté et prêt à la consommation. Le carré des footballeurs avec leur site internet, web TV, news en direct : « À la mémoire de Maradona qui fêterait aujourd’hui ses 124 ans. » Le carré chobiznesse : « Aujourd’hui, Madonna fête ses 124 ans. » Le carré cuisine : « 124 plats sortis du four. » Le carré eau minérale compterait 40’000 amis. Mille fois moins que le carré boisson alcoolisées et ses 40 millions de sympathisants qui retrouvent chaque soir leurs chers disparus pour prendre l’apéro. La visite du cimetière devient une expérience sociale ou des amis se regroupent par affinités et par centres d’intérêts.  Un peu comme si on sortait de chez nous pour jouer à facebook pour de vrai.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s