Troisième promenade (3) : entrer dans la lumière rouge

La porte s’ouvre et devant nous
Flotte un rai de lumière rouge
Au fond du noir absolu.
Le bruit vient du centre de la terre,
Sous vos pieds, dans votre estomac.
Votre tête mange le bruit.
Votre tête ne pourra pas
Avaler d’un seul coup tout le bruit.

Nous marchons vers la lumière rouge
Vers ce centre flou.
Vers les corps qui bougent
En équilibre
Sur les dalles translucides
Que les couleurs allument
Sous les pots de lumière rouge.

Sur la piste de danse,
La musique tombe en lingots lourds
Coule en eau noire et or.
Parfume nos veines.
Repeint notre sang
D’une nouvelle couleur rouge.

La musique s’enroule
Autour des hanches des femmes qui dansent
Les yeux clos ou perdus ailleurs,
Sur la ligne basse de lumière rouge.
La musique enlace
Leurs bras dans un geste de grâce,
Leurs talons hauts ou plat
Que les jambes terminent ou pas.
Leur profil perdu,
Leur nuque qui balance
Au-dessus du vide d’un dos suspendu

D’un seul coup je découvre
La beauté des femmes qui dansent.
Je découvre le rouge,
Le noir et les ombres dorées
Que la chaleur allume sous les paupières fardées.

J’ai seize ans et je pense
Qu’il est bien tard
J’ai seize ans et je pense
Qu’il serait temps.
Il me manque deux ans et je pense
Qu’il n’y a pas de choses qui ne se font pas.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

2 réflexions sur « Troisième promenade (3) : entrer dans la lumière rouge »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s