Les Peaux-Orange

En explosant bruyamment, le big bang a fait faire à la biodiversité un pas de géant.

Une seconde avant, c’était tout noir; une seconde après, c’était tout  blanc : la terre la mer et les étoiles. Dans les jardins d’Éden, pubère et turgescent, s’esbaudissait Adam. Au sortir de la sieste, il tomba sur Ève endormie et déposa chez elle une petite graine qui se mit à grandir démesurément pour devenir un gars immense avec des mains comme des battoirs, très utiles pour éclater la face d’Abel, ce fayot, ce chouchou, ce sale cafteur végétarien. Ensuite, ça se complique, tout le monde fornique à tire-larigot dans des positions que je ne saurais vous décrire ici tant ces images heurtent ma sensibilité de jeune fille fragile; contrairement à ce que mon prénom pourrait faire croire, je ne suis pas celle que vous croyez.

Aujourd’hui, les humains démultipliés copulent à tour de bras et nous contemplons impuissants la somme de tous ces dégâts. Du monde partout, des gens empilés dans des tours qui vont gratter le ciel. Un dégradé de peaux qui vont du blanc au jaune en passant par le noir ou le rouge pendant que cette masse grouillante ne cesse de s’accoupler avec ferveur et sans aucun discernement. On se demande jusqu’où iront-ils et justement, hier soir, je découvris stupéfait, l’apparition sur la terre d’une nouvelle race d’hommes et de femmes, un type inédit de couleur de peau orange. Je dirais même orange fluorescent ou auto-réfléchissant, selon la balance des couleurs de l’écran. On les aurait crus illuminés de l’intérieur, rétroéclairés pour tout dire, et du fin fond de leurs bouches obscures surgissaient des rangées de dents plus éblouissantes qu’un trait de sabre fulgurant.

Aveuglé par toutes ces projections de matière brillante, je me suis approché du téléviseur en clignant des yeux. Ils étaient plusieurs peaux-orange, à débiter en continu des histoires de politique, de scandales éventés, des histoires de fesses et des histoires de sous. Ils avaient même repeint le visage d’un humoriste vieillissant et faisant sous lui, sa tête orange sous ses cheveux pimpants.  Tous scintillaient dans leur peau d’orange, tellement polis que les reflets de la table posée sous leurs coudes se réfléchissaient sous leur menton, leur donnait des allures californiennes, customisées à la truelle. Derrière eux la foule était plongée dans une pénombre bleue, des Schtroumpfs payés pour rire et applaudir mécaniquement. Orange et bleu. Soleil et nuit. Métaphore lumineuse à deux balles pour signifier aux masses laborieuses et plongées dans le soir que seuls les visages enduits d’une couche épaisse de maquillage peuvent supporter sans sourciller l’insoutenable brûlure du feu des projecteurs.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s