Scène 5

La même suite d’hôtel qui ressemble à un salon. Quelques chemisiers sont étendus sur la table basse.
Entre Patrizia, maquillée, coiffure étudiée, robe et escarpins. Madame H. la suit et s’assied sur le sofa. Patrizia prend un chemisier sur la table. Elle l’étend entre ses deux mains, l’examine, le retourne, le repose, fait de même avec un deuxième chemisier, l’examine en s’asseyant.

Patrizia : C’est beau la soie.
Madame H. : Ne répond rien, le regard dans le vague
Patrizia : Vous n’aimez pas la soie ?
Madame H. : Ne répond toujours rien.
Patrizia : Ça coule entre les doigts
Madame H. : Vous vous souvenez, il y a deux mois ?
Patrizia : Bien sûr que je me souviens.
Madame H. : Vous vous souvenez de quoi ?
Patrizia : Ben, de l’arrivée ici. De l’opération.
Madame H. : Ce n’était pas une opération.
Patrizia : Et c’était quoi alors ?
Madame H. : Une petite entaille dans votre bras.
Patrizia : Plus un tuyau raccordé avec des morceaux de peau. Plus les injections. Plus trois séances de pansements matin, midi et soir, tous les jours pendant un mois.
Madame H. : Vous aviez des points noirs et les cheveux gras.
Patrizia : Et je pouvais faire pipi toute seule sans rien demander à personne…
Madame H. : Un pull informe et un soutien-gorge usé.
Patrizia : Mal habillée. Mal coiffée. Mal baisée aussi ?
Madame H. : C’est à votre ex-mari qu’il faudrait poser la question. Vous devriez lui envoyer une photo de vous aujourd’hui.
Patrizia : De moi transformée en poupée.
Madame H. : De vous transformée en vous. J’avoue que pour une fois je me suis trompée. Je vous voyais en fille carrée. En fille pratique, qui porte des chaussures parce qu’elle doit marcher.
Patrizia : Parce que vous voyez d’autres raisons de porter des chaussures ?
Madame H. : Glisser. Danser. Voler.
Patrizia : C’est vrai qu’on peut tomber de haut avec des escarpins.
Madame H. : Vous savez très bien qu’on peut voler avec des escarpins. Il suffit de vous voir toucher ce chemisier.
Patrizia : Repose instinctivement le chemisier sur la table.
Madame H. : Vous avez perdu du poids. Vous deviez manger n’importe quoi. Avant. N’importe quoi et n’importe comment.
Patrizia : Le problème, c’est que je n’avais pas de cuisinier.
Madame H. : C’est curieux, même votre peau a changé.
Patrizia. : Je n’avais pas d’esthéticienne, non plus. Pas de manucure. Pas de « Personal Shopper » ! Je n’avais même pas de temps, vous vous rendez compte ! Même pas une minute à moi. J’étais toujours en train de courir. C’est fou ce qu’on peut courir quand on n’a pas d’argent. On doit tout faire soi-même alors que c’est tellement plus agréable de laisser faire les autres. On se demande vraiment pourquoi les pauvres ne préfèrent pas être riches.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s