Scène 6 (Cont.9)

Madame H. : C’est dommage. C’est un jeu qui peut durer des heures et qui peut même s’arrêter là.
Patrizia : Génial : on danse, on se touche un peu et après chacun rentre chez soi.
Madame H. : On rentre toujours seule, c’est vrai, mais peut-être qu’avant, il s’est agenouillé.
Patrizia : Comme ça ! D’un coup ! Au milieu de la piste de danse !
Madame H. : Bien sûr que non. Quelque part dans le noir. Vous debout et lui à genoux. Ses mains sur vos fesses et sa langue qui fait son chemin. Deux corps verticaux ne prennent pas de place. Pas besoin d’une chambre ou d’un lit. Juste un bout de mur pour appuyer votre dos. Vous pouvez même garder votre robe, c’est l’immense avantage des bas, vous comprenez ? Les bas s’arrêtent juste là où il faut.
Patrizia : Et faire l’amour, vous avez déjà essayé ? Sans musique. Sans robe. Sans bas. Sans rien. Juste vous et lui allongés sur un lit.
Madame H. : Vous avez une drôle de manière de dire « faire l’amour ». Un peu comme si c’était un gros mot.
Patrizia : Baiser, vous avez déjà essayé ?
Madame H. : Seulement dans les grandes occasions.

Scène 6 (Cont.8)

Patrizia : On pourrait s’embrasser, par exemple.
Madame H. : D’abord se chercher dans le noir. Il a de belles mains, non ? Pourquoi ne pas en profiter ?
Patrizia : Voyons ces mains.
Madame H. : Ses mains, elles remontent des hanches vers les épaules. Elles redescendent. Elles glissent sous le tissu de la robe. Elles remontent jusqu’à la bordure des bas.
Patrizia. : Je ne mets jamais de bas.
Madame H. : Vous devriez.
Patrizia : Les bas, c’est pour les vieilles, non ?
Madame H. : C’est très troublant, les bas. Très érogène. Les jambes au chaud jusqu’à cette ligne qui s’arrête juste sous le pli de vos fesses. Vous dansez et la robe vous caresse, exactement à cet endroit. Vous ne pouvez pas être plus nue et plus habillée à la fois.
Patrizia : Vos préliminaires, c’est de la masturbation ?
Madame H. : De l’auto-érotisation.
Patrizia : OK : auto-allumage d’abord. Ensuite, le cavalier glisse ses mains sous la robe pendant que les autres danseurs continuent à danser.
Madame H. : Les autres danseurs continuent à danser. C’est le jeu.
Patrizia : Ça s’appelle de l’échangisme.
Madame H. : Vous ne comprenez pas.
Patrizia : Si si, je comprends très bien. On met des bas, on sort, on danse, et on se tripote en public.
Madame H. : Justement pas. Ses mains doivent savoir rester invisibles.
Patrizia : J’oubliais, votre cavalier est aussi magicien.
Madame H. : Mais non, il est juste habile, attentionné et courtois. Et il peut vous tenir très longtemps au bout de ses doigts.
Patrizia. : C’est ce que je disais : un magicien.
Madame H. : Vous n’avez jamais rencontré un homme habile de ses mains. ?
Patrizia : Je ne sais pas… Je ne crois pas.

 

Scène 6 (Cont.7)

Patrizia : Petite dévergondée !
Madame H. : Vous faites chier. Chier. CHIER !
Patrizia : Encore un effort : si vous décroisez les jambes, on pourra vraiment discuter.
Madame H. : Se lève. Se met à marcher, tourne en rond.
Vous aimez danser ?
Patrizia : Danser quoi ? Le Twist ? La Rumba ?
Madame H. : Danser. Danser toute seule, moi j’aime ça. Fermer les yeux. Danser. Mes cheveux qui collent et les bulles de Champagne. Froid, le Champagne. Très froid.
Patrizia : Sur le sable au bord de la plage.
Madame H. : Les pieds nus.
Patrizia : Et vos escarpins ?
Madame H. : Il faut les lancer. Les lancer en l’air et voir qui les rattrape. C’est un jeu très amusant. Tout le monde tend les mains. Il y a une mêlée comme au rugby. Quelqu’un crie : Je l’ai ! Je l’ai ! Il tend le bras très haut. Les autres le tirent. Ils s’agrippent à son bras. Finalement, je récupère ma chaussure et le bras.
Patrizia : Et qu’est-ce qui se passe ensuite ?
Madame H. : Ensuite, ça dépend du bras.
Patrizia : Disons musclé à la peau mate.
Madame H. : Je prends le bras.
Patrizia : Et ensuite ?
Madame H. : Ensuite, on continue à danser. On boit. On se regarde du bout des doigts.
Patrizia : Drôle de façon de s’envoyer en l’air.
Madame H. : Vous devriez essayer les préliminaires.

Scène 6 (Cont.6)

Madame H. : Le danger, à mon âge, serait de m’attacher.
Patrizia : Vous avez peur de quoi ? Des photos ? Des remarques de vos copines ?
Madame H. : Je l’ai très peu utilisé, mon cœur. Très peu. Une fois peut-être. Non. Soyons honnête. Une vraie fois et j’ai bien failli le suivre.
Patrizia : Il était beau ?
Madame H. : Je vous parle de mon cœur.
Patrizia : Et pourquoi vous l’avez planté ?
Madame H. : C’était au début de l’été. J’ai regardé les roses. On voyait encore les traces du râteau sur les allées du jardin. La pelouse avait l’air d’un damier. Tout était parfait et moi j’allais mettre un grand coup de pied dans le gravier. J’ai pensé au jardinier.
Patrizia : J’aimerais bien voir votre jardin.
Madame H. : C’est une grande plate-forme devant les fenêtres du salon. Pas d’arbres, juste des buis, des fleurs et de l’herbe. Comme une longue terrasse suspendue au-dessus de la plaine, vous voyez ? Tout était si… ordonné, c’est ça, ordonné. J’ai marché et je me suis assise tout au bout, sur le rebord de la barrière. J’ai croisé les jambes. Je me suis redressée. Il n’y avait pas de vent. Tout était calme. Je faisais partie du plan. Comme les rosiers, les plates-bandes. Comme les allées de gravier.
Patrizia : À votre place, j’aurais pas hésité.
Madame H. : Et qu’est-ce que vous auriez fait, à ma place ?
Patrizia : J’aurais misé tout mon argent sur un nouveau jardin. Vous avez les moyens, non ? À quoi ça vous sert, tout ce fric, si c’est juste pour vous transformer en plante verte ? Pour vous, tout est possible et rien n’est possible. Vous êtes là, bien droite, les jambes croisées, exactement comme dans votre jardin. Tous les jours la même pose. De l’ordre. De l’ordre ! Surtout pas de vent !
Madame H. : Faites chier.

Scène 6 (cont.5)

Madame H. : J’ai perdu du poids.
Patrizia : Forcément, à force de faire le hamster…
Madame H. : …Rien à voir avec le hamster. J’ai perdu du poids.
Patrizia : La regarde.
C’est vrai, vous avez l’air moins bouffie.
Madame H. : Quel joli compliment. Et vous savez quoi ? Hier soir, j’ai oublié de prendre mes somnifères. J’étais si fatiguée. Je me suis couchée, je ne me souviens même pas de m’être endormie.
Patrizia : Gros bébé va !
Madame H. : Vous ne comprenez pas. Je prends des somnifères tous les soirs depuis des années. J’ai commencé juste après mon mariage.
Patrizia : Tout ce sexe, tout d’un coup, forcément ça excite et après on dort plus.
Madame H. : Je vous rappelle que mon mari fabrique et moi je vends.
Patrizia : Même pas une petite gâterie de temps en temps ?
Madame H. : Nous faisons chambre à part. C’était dans le contrat.
Patrizia : Et ça vous arrive de baiser sans un avocat ?
Madame H. : Vous savez, l’avantage avec les contrats, c’est la précision. D’un côté, il y a le prix, de l’autre la liste des prestations. Et puis, il y a les limites aussi. Je ne supporte pas qu’un homme dorme dans mon lit. Essayez de congédier un amant après avoir fait l’amour avec lui.
Patrizia : Moi, j’aimais bien quand Toni dormait avec moi.
Madame H. : Le syndrome du doudou.
Patrizia : L’avantage avec un homme qu’on aime, c’est de l’aimer la nuit et même le matin quand il se gratte les fesses en sortant du lit.
Madame H. : Et un jour il vous quitte en se grattant les fesses.
Patrizia : Et vos employés, vous les démissionnez ?
Madame H. : Ce sont des hommes de compagnie, que je paie, c’est vrai, mais qui aiment aussi être avec moi. Je ne suis pas si vieille, je peux encore faire illusion si la lumière n’est pas trop directe.
Patrizia : Alors, un petit dîner aux chandelles…
Madame H. : Et pourquoi pas ? Ces hommes sont comme vous et moi. Ce sont des jeunes gens charmants, cultivés. Ils ont un cœur, aussi.
Patrizia : Et ils n’aiment pas être jetés.
Madame H. : Quelquefois, oui, ça peut arriver.
Patrizia : C’est là que vos avocats ressortent le contrat.

Scène 6 (cont.4)

Madame H. : J’irais bien marcher sous la pluie.
Patrizia : Oui mais là, il fait beau.
Madame H. : Il n’y a plus de printemps.
Patrizia : Ouvre la bouche pour dire quelque chose. S’interrompt.
Au printemps, il pleut souvent.
Madame H. : Et on entend le bruit du vent.
Patrizia : Elle avance bien, votre petite poésie…
Madame H. : … Le bruit du vent dans les feuilles. Chez mes grands-parents, il y avait un grand parc. Je fermais les yeux et j’essayais de m’orienter en écoutant le bruit du vent. Les arbres à aiguilles sifflent, ils s’énervent, on dirait des serpents. Les bouleaux sont plus métalliques que les tilleuls. Les platanes résonnent comme des vagues. J’étais une petite fille un peu seule mais très gaie. Je courais tout le temps. Je suis toujours très gaie et j’ai 54 ans.
Patrizia : On ne court plus à 54 ans.
Madame H. : Ah bon ? Et qu’est-ce qu’on fait à 54 ans ?
Patrizia : On achète un déambulateur.
Madame H. : Je cours plus vite et plus longtemps que vous.
Patrizia : Rit
Et votre papa il est plus fort que le mien. Et vos jouets, ils sont plus beaux que les miens. Et si je vous embête vous direz tout à votre maman. Moi, je vous embête pas, je vous regarde courir sur votre tapis roulant. Courir. Courir. Vous courez après quoi ? Après la petite fille dans le parc ? Après vos gigolos à la peau mate ?
Madame H. : Je cours pour que mes jambes continuent de courir.
Patrizia : Moi, je ne cours pas. Pas besoin. Tout fonctionne très bien comme ça sans rien faire. Tandis que vous, vous devez continuer à faire le hamster sur votre tapis roulant. Si jamais le tapis s’arrête, vous fondez, vous faites une grosse flaque par terre, une grosse flaque de graisse de hamster.

Scène 6 (cont.3)

Madame H. : S’il vous plaît, levez-vous et allons dîner.
Patrizia : J’ai pas faim.
Madame H. : Moi j’ai faim et j’ai soif. On pourrait commander des huîtres ! Des huîtres avec une coupe de Champagne !
Patrizia : Pas question. Je ne veux pas une goutte de votre alcool dans mon système sanguin.
Madame H. : Juste une coupe.
Patrizia : Le contrat ne m’oblige pas à boire du Champagne.
Madame H. : Alors du vin rouge. Du vin rouge de votre pays.
Patrizia : Le contrat ne m’oblige pas à boire du vin rouge.
Madame H. : Juste un verre.
Patrizia : : Non. On ne boit pas d’alcool et on reste ici pour manger. Vous dans votre chambre et moi dans la mienne. J’ai plus envie de voir votre figure de l’autre côté de la table. Et les serveurs qui font toujours  semblant de regarder ailleurs. Tous muets, les serveurs. Vous auriez dû engager des robots. J’ai plus envie de vous voir manger à petits coups de fourchette, on dirait une petite souris bien propre. D’ailleurs, vous ne mangez pas, vous grignotez.
Madame H. : On m’a appris à manger proprement.
Patrizia : Vous faites tout très proprement. Vous êtes une fille très propre. C’est très bien.
Madame H. : Vous devriez prendre une douche.
Patrizia : Et moi je suis une fille sale. Très sale. Très sale et très méchante. Il faudrait me punir vous savez.
Madame H. : Se lève et se met à arpenter la pièce aussi loin que permet le cordon.
Il a fait beau aujourd’hui.
Patrizia : J’ai plus envie de vous entendre, aussi.
Madame H. : La pelouse a reverdi et les arbres ont des feuilles.
Patrizia : Vous préparez une petite poésie pour la venue du printemps ?
Madame H. : Ça fait des années que je n’ai pas vu le printemps.
Patrizia : Alors je vous explique. En tout, il y a quatre saisons : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. En été il fait chaud. En automne il fait moins chaud. En hiver il fait froid et au printemps il pleut.

Scène 6 (cont.2)

Madame H. : Dans quinze jours tout sera rentré dans l’ordre.
Patrizia : Dans quinze jours, je serai vieille.
Madame H. : Vieille à vingt-quatre ans…
Patrizia. : Parfaitement ! Vieille à vingt-quatre ans. Qu’est-ce que vous croyez ? Qu’il n’y a que du sang dans ce tuyau ?
Regarde encore le tuyau.
Tuyau de merde rempli de vous.
Madame H. : Tuyau de quoi ?
Patrizia : De merde. DE MERDE !
Madame H. : Ça y est ! Vous recommencez !
Patrizia : Je recommence quoi ?
Madame H. : À rouler les « r ».
Patrizia : Et alors ?
Madame H : Je vous rappelle que vous vous êtes engagée à éliminer ce défaut de prononciation.
Patrizia : C’est pas un défaut, c’est une fleur.
Madame H. : Une fleur ! Vraiment !
Patrizia : Oui, une fleur. Un coquelicot vous voyez ? Une tache rouge pour qu’il y ait du soleil. De la couleur. De la musique. De la musique, sinon, je crois que je vais devenir folle, je vais devenir comme vous. Dans ce tuyau, il y a votre façon de vous asseoir les jambes toujours bien croisées, les mains toujours bien à plat, on dirait que vous repassez votre jupe. Toutes vos bonnes manières et vous sentez l’argent.
Madame H. : L’argent n’a pas d’odeur.
Patrizia : Je pourrais vous suivre à la trace, à un kilomètre, les yeux fermés. On dirait l’odeur d’un parfum doré. Une odeur de salon confortable.
Madame H. : Eh bien, installez-vous. Mettez-vous à l’aise.
Patrizia : Et quand vous entrez dans cette pièce, cette pièce est à vous. Et quand vous vous asseyez sur ce sofa, ce sofa est à vous. Vous n’avez jamais peur d’ouvrir une porte parce que vous pouvez acheter tout ce qui se trouve de l’autre côté.

Scène 6 (cont.1)

Patrizia : Je n’ai pas faim.
Madame H. : Moi si.
Patrizia : Faites monter un plateau.
Madame H. : Non. Ce soir, on se lève. On se lave. Et surtout on s’habille. Ça fait trois jours que vous marinez dans ce T-shirt informe.
Patrizia : J’aime mon T-shirt. Il est tout doux. Il sent bon.
Madame H. : Je ne comprends pas
Patrizia : Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?
Madame H. : Votre garde-robe, vous vous souvenez ?
Patrizia : Je sais, c’est triste, vous ne pouvez plus jouer à la poupée avec moi.
Madame H. : Levez-vous.
Patrizia : Regarde le tuyau qui les relie.
Coupez le cordon.
Madame H. : Pas question.
Patrizia : Alors faites monter un plateau.
Madame H. : J’aimerais aller dîner.
Patrizia : S’il vous plaît.
Madame H. : S’il vous plaît.
Patrizia : Il me plaît pas.
Madame H. : Qu’est-ce que vous proposez ?
Patrizia : Rien. Absolument rien du tout. Nous allons rester là.
Madame H. : Deux semaines ?
Patrizia : Oui, deux semaines. Il faut que je profite de chaque instant merveilleux passé dans ce salon magnifique avant de retourner dans mes Pouilles pouilleuses. C’est décidé, je ne bouge plus d’ici.
Madame H. : Et moi, qu’est-ce que je fais ?
Patrizia : Vous attendez.
Madame H. : Joli programme.
Patrizia : Vous avez mieux à proposer ?
Madame H. : La piscine. La salle de fitness. Un peu d’exercice vous ferait du bien.
Patrizia : Un peu d’exercice…
Regarde encore le tuyau qui les relie.
Je vais couper ce cordon.
Madame H. : Ce serait dommage, juste deux semaines avant la fin de votre contrat.
Patrizia : Vous m’empoisonnez.
Madame H. : Vous délirez.
Patrizia : Vous savez bien que non. La vieille souris rajeunit. La jeune souris vieillit.

Scène 6

La même suite d’hôtel plongée dans la pénombre. Entrée de Madame H. qui se dirige vers le sofa où Patrizia est étendue sur le côté.

Madame H. : À voix basse.
Patrizia… Patrizia…
Pose une main sur son épaule et appelle un peu plus fort.
Patrizia ?
Secoue doucement l’épaule et appelle nettement.
Patrizia !
Patrizia : Se met en boule sur le sofa.
Madame H. : Patrizia, s’il vous plaît. Il faut vous réveiller.
Patrizia : Grommelle quelque chose d’inaudible.
Madame H. : J’ai faim. Je voudrais aller manger.
Patrizia : Faites monter un plateau. Laissez-moi dormir.
Madame H. : Non. Vous allez vous lever. Et prendre une douche aussi.
Patrizia : Laissez-moi tranquille.
Madame H. : Levez-vous.
Patrizia : Faites chier.
Madame H. : Je vous demande pardon ?
Patrizia : Vous faites CHIER.
Madame H. : Vous me décevez.
Patrizia : Laissez-moi dormir.
Madame H. : Nous avions pourtant convenu…
Patrizia : … D’éviter toute forme de vulgarité. Je sais. Pour ne pas blesser vos petits tympans délicats. Et là vos tympans sont blessés, ils saignent. Appelez une infirmière et laissez-moi dormir.
Madame H. : Vous sentez.
Patrizia : Soulève un bras et renifle.
Je pue, vous voulez dire.
Madame H. : Vous sentez le sommeil et le renfermé. S’il vous plaît, levez-vous. Allez prendre une douche. Ensuite, nous irons dîner.