Tout ce qui est dur a un prix.

Au magasin, il faut payer.

Ce qui se touche. Ce qui se mange. Ce qui se compte. Ce qui se voit avec les yeux.

Tout ce qui se pèse à un prix. Parce que ça se touche. Parce que ça se voit. Parce que ça se mange et ça se boit. Ensuite, ça se digère. Ensuite, il faut aller aux toilettes. Ensuite, recommencer à boire. Manger encore et retourner aux toilettes.

Parce qu’on comprend bien qu’il faut payer pour avoir une automobile et l’essence qui coule dedans. L’essence, ça se paie, comme le béton et la terre. Le goudron et les routes. Parce que, sans routes, où irons-nous ? Où irait le monde sans l’asphalte noir pour tartiner les cailloux ?
Le béton et la mer.
Les barres d’immeubles qui défont le bord des océans.
Des choses. Stuff. Des objets qui ont une forme, qu’on peut faire tenir dans sa main. Des sciences qui calculent le nombre de kilomètres qu’un homme devra parcourir pour aller sur Mars. Qui calculent le poids en grammes de la navette spatiale; le poids en acier des immeubles qui écrasent le bord des océans.

Fabriquer des porte-avions pour porter les avions. Des piscines pour tondeuses à gazon. Des presses à fabriquer les billets. Faire marcher la planche à billets. Fabriquer de l’argent qui fabrique de l’argent

Et au bout du compte, lorsqu’arrive l’addition, ça fait des sommes vertigineuses. Des séries de zéros dépensés en voitures ou en télévisions. Au bout du compte, à la fin du décompte, on se souvient de tout ce qu’on n’a jamais pu prendre dans la main. Tout ce qui n’est pas dur. Toutes les notes assemblées par les musiciens du monde. Tous les mots qui forment des histoires. Toutes les images qui brillent dans le soir. Tout ce qui ne tient pas dans la main.

Tout ce qui ne vaut rien.

À la fin du décompte, il reste le souvenir d’un visage, un jour d’hiver ou d’été. Les enfants qui rient. Le bruit de l’eau. L’empreinte d’une autre peau qu’on garde imprimée dans le creux de sa main.

Les meilleurs moments de notre vie.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

6 thoughts on “Tout ce qui est dur a un prix.”

  1. En terminant ton billet je file à la cuisine ayant omis de me nourrir d’autre chose que de nourriture spirituelle. À la fin du décompte nous saurons tous que les choses les plus simples de la vie auront été les plus significatives et marquantes. Les autres ne sont qu’accessoires.

    J’adore : L’empreinte d’une autre peau qu’on garde imprimée dans le creux de sa main.

    Tu serais pas un peu poète toi ?😉 Bise Nicolas et à bientôt !

    1. Je t’écris depuis la cuisine Denise, où 3 dorades attendent l’arrivée de mes 2 garçons pour le coup de grâce… Passer à table, c’est au sommet de ma liste des choses simples qui fabriquent des beaux souvenirs. Bises Denise

  2. Ah Nicolas… c’est une perle celui-ci! Si, si, j’insiste. Surtout « la piscine pour tondeuses à gazon ». Mais pas seulement…. Je t’embrasse, à bientôt.

    1. Oui. Quand je me relis, parfois, je me demande ce qui peut bien se passer dans ma tête fatiguée. L’hiver fut intense, heureusement le printemps arrive, je te donne de mes nouvelles…

  3. « À la fin du décompte, il reste le souvenir d’un visage, un jour d’hiver ou d’été. Les enfants qui rient. L’empreinte d’une autre peau qu’on garde imprimée dans le creux de sa main ».

    On aimerait les connaître tellement ils semblent porter en eux tout le bonheur du monde possible. Savoir qu’ils existent encore et quelque part, qu’ils existent pour de bon et attendent aussi un autre visage souriant. Tension un peu triste d’une belle histoire brève sans doute ou à construire. Merci pour ce texte, aussi.

  4. Je crois qu’à la fin, c’est ce qui reste, les liens qui nous relient aux personnes qu’on aime, une après-midi d’été sous un cèdre, avec femme à la peau blonde. Et aussi toutes les musiques, les livres lus d’une traite pendant une nuit. Il reste a fabriquer des souvenirs heureux. Merci à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s