Donc, le printemps

On me dit que je ne suis pas gai. On me dit que je repeins le monde en gris terne, en gris souris, en gris sale ou en gris de cafard. Il paraît qu’à me lire on attrape le bourdon, le chien noir, comme l’appelait Churchill. Je serais devenu une source de soupirs et de désenchantement.

Alors là, je dis non. Il faut qu’ici règnent la joie les fleurs et l’esbaudissement. Donc, je vous prierai de bien vouloir vous asseoir à vos pupitres et d’ouvrir vos cahiers. Trempez vos porte-plumes dans vos encriers. Écrivez.

Le printemps.

Hier, c’était le printemps. Le soleil s’est levé. D’un seul coup l’herbe a poussé. Pas une herbe en conserve ou en pâte à modeler, non, une herbe capiteuse et tendre qu’on voudrait aller brouter, à quatre pattes dans les pâturages avec une cloche autour du cou et « Marguerite » brodé en lettres fleuries sur le cuir de la sangle. On voudrait être une vache luisante, noire et blanche, au large museau rose, on voudrait s’appeler Marguerite pour aller tondre ces irréels pâturages, s’en mettre jusque-là de toute cette verdure qui brille d’un seul coup sous le ciel indigo que les dernières neiges ont essoré et repassé de frais.

On voudrait être une vache pour regarder passer tous les trains et les automobiles enfilées en gouttes brillantes par le fil flottant des autoroutes. On voudrait être Marguerite pour rester là des heures à sentir l’odeur des cailloux réchauffées par le soleil, l’odeur de l’asphalte tiède, et toutes les autres odeurs ressuscitées par le retour de la première chaleur. On voudrait se coucher au beau milieu du paysage, attendre l’arrivée d’un nuage, attendre paisiblement, au milieu des fleurs et du tronc nu des arbres, rester là sans bouger dans l’air tiède et vibrant. Suivre des yeux la course du soleil. Rester là sans bouger. Être une vache qui rumine au milieu d’un champ.

Et de toutes ses forces respirer le printemps.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

4 thoughts on “Donc, le printemps”

  1. Moi je voudrais aller cueillir des marguerites, puis les sentir, les respirer, les compter, les aimer, un peu, beaucoup, passionnément…ou pas du tout…mais ressembler à une vache qui broute ça pourrait aussi bien m’aller tellement je suis en mal d’un printemps🙂 Bise et ici il fait un peu plus beau, un peu plus chaud, un peu moins de neige…alors on va l’avoir à notre tour ce retour d’herbe et de trèfles🙂

  2. Ah oui, l’enchantement de l’herbe épaisse, riche, tellement grasse qu’il semble sacrilège de marcher dessus au lieu de la brouter !
    Mais à défaut d’être bovin, on peut s’y allonger, regarder passer les nuages, se voir escalader par des bestioles étranges qui renaissent au printemps, sentir l’odeur de la terre encore un peu humide, des fleurs ou du goudron qu’un coup de vent apporte… Heureusement même sans être bovin l’on peut profiter du printemps !

  3. Ici, il fait pas loin de 24°C, la température parfaite pour brouter du kilomètre à vélo… On va t’envoyer l’air chaud d’ici, Denise, tu peux te préparer à aller chasser la marguerite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s