Scène 3 (cont.3)

Patrizia : Alors, ça ! Grande découverte !
Docteur Heini : N’est-ce pas ?
Patrizia : Et vous avez mis combien de temps pour découvrir qu’on meurt parce qu’on vieillit ?
Docteur Heini : Des dizaines  d’années.
Patrizia : Vous auriez dû en parler autour de vous. Je connais beaucoup de vieux qui sont morts.
Docteur Heini : Bien sûr. Vous ne comprenez pas.
Patrizia : Mais si mais si. Toute petite, j’avais déjà compris.
Docteur Heini : Vous n’avez rien compris du tout. Comme tout le monde, vous croyez à la calvitie, au cancer de la prostate, à la maladie Alzheimer…
Patrizia : Et vous, vous n’y croyez pas.
Docteur Heini : Pas dans le sens où vous l’entendez. Pas dans le sens où certaines maladies surviennent parce que c’est le moment. Et la vieillesse non plus, je n’y crois pas.
Patrizia : Pourtant vous n’avez pas l’air très frais. Peut-être que la vieillesse croit en vous.
Docteur Heini : La vieillesse est un processus que j’analyse depuis quarante ans. On peut faire beaucoup de choses pour freiner ce processus, mais moi, je pense avoir trouvé la solution pour l’interrompre et même pour l’inverser.
Patrizia : Génial. Je vais redevenir un bébé.
Docteur Heini : Il ne s’agit pas de vous.
Patrizia : J’oubliais, nous sommes deux.
Docteur Heini : La solution se trouve dans le sang. Quelques protéines que nous avons réussi à identifier et quelque chose de plus mystérieux, quelque chose qui se passe pendant que le sang circule.
Patrizia : Vous voulez me saigner ?
Docteur Heini : Avec plaisir, mais malheureusement mademoiselle, nous ne sommes plus au Moyen-Âge. Donnez-moi votre bras.
Patrizia : Hésite puis tend le bras.
Docteur Heini : Appuie son index dans le creux du coude.
Vous voyez, là, cette veine qui palpite, nous allons pratiquer une petite incision. Vous ne sentirez rien. Absolument rien.
Patrizia : Et ensuite ?
Docteur Heini : Ensuite nous allons glisser à l’intérieur un petit tube de peau synthétique.
Patrizia : Vous fabriquez de la peau synthétique ?
Docteur Heini : Avec une imprimante 3D. Un peu comme une machine à tricoter, vous voyez ?
Patrizia : Je ne sais pas si je vois.
Docteur Heini : Aucune importance. C’est une technique qui a été mise au point pour les grands brûlés.
Patrizia : Et qu’est-ce que je fais avec mon tuyau dans le bras ?
Docteur Heini : Rien. Vous attendez que je raccorde ma cliente à l’autre extrémité du tuyau.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s