Scène 3 (cont.2)

Patrizia : Je vais donc le lire.
Docteur Heini : Non. Vous allez signer d’abord. Si vous voulez entendre la suite de l’histoire, bien entendu.
Patrizia : Je ne signe pas un document que je n’ai pas lu.
Docteur Heini : Écoutez mademoiselle. Ce document fait une vingtaine de pages. En résumé, il vous demande de ne pas parler de notre entretien. Si vous parlez, l’amende se montera à un demi-million d’Euros.
Patrizia : Rien que ça ?
Docteur Heini : Rien que ça, oui. Nous voulons juste nous assurer de votre discrétion. C’est tout. Ensuite je pourrai enfin vous expliquer ce que nous attendons de vous et vous serez libre d’accepter ou de refuser votre participation à notre expérience.
Patrizia : Je suppose qu’il y a un deuxième contrat.
Docteur Heini : Il y aura un deuxième contrat. Signez maintenant.
Patritzia : Parcourt rapidement la première, la deuxième page, tourne les autres jusqu’à la dernière.
Je n’ai pas de stylo.
Docteur Heini : Voici.
Patrizia : Signe et redonne le contrat.
Je vous écoute.
Docteur Heini : Je vais devoir faire appel à vos capacités de projection.
Patrizia : On va tourner un film de science-fiction ?
Docteur Heini : Mais vous m’étonnez ! Il s’agit en effet plus de science que de fiction… Dites-moi mademoiselle, si la mort vous épargne d’ici là, comment vous imaginez-vous, disons, à soixante ans ?
Patrizia : Soixante ans… Ça me paraît très loin.
Docteur Heini : Simplifions. Par exemple, est-ce que vous pensez pouvoir courir aussi vite qu’aujourd’hui ?
Patrizia : Évidemment non.
Docteur Heini : Bien. Autre exemple : la mémoire. D’après vous, vos capacités de mémorisation vont-elles augmenter avec l’âge ?
Patrizia : Si vous pouviez arrêter de me prendre pour une débile, ça m’arrangerait.
Docteur Heini : Et au niveau de la santé…
Patrizia : Je serai grosse, diabétique, avec un début d’Alzheimer.
Docteur Heini : Vous avez omis les problèmes cardio-vasculaires, mais sinon je salue la pertinence de votre anamnèse prédictive. Toutes ces pathologies apparaissent avec l’âge et les chercheurs essaient de les analyser pour mieux les soigner. Chacun bien cloisonné dans son domaine, vous voyez ?
Patrizia : Ça paraît plutôt logique, non ?
Docteur Heini : Bien sûr, mais essayez de prendre un peu de hauteur. Quel lien pourrait exister entre toutes ces pathologies ?
Patrizia : Je n’en sais rien, moi. Le corps qui lâche ! L’âge ! La vieillesse !
Docteur Heini : Excellente réponse ! Si on retourne le problème, on pourrait dire que la vraie maladie c’est la vieillesse. Une maladie incurable dont les multiples manifestations finissent toujours par nous conduire à la mort.

Auteur : Nicolas Esse

Depuis 1962, je regarde les nuages qui passent avant d'aller mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s