Le Tour de Rien : Pfffffuiiiit. (2)

Où l’on retrouve le cycliste au cœur de la forêt sombre pendant que la nuit tombe et que siffle l’air qui s’échappe de la chambre à air de rechange qu’il vient de regonfler.

Perdu au cœur de la forêt sombre, pendant que la nuit tombe et que siffle l’air qui s’échappe de ma chambre à air de rechange, je lance vers le ciel un long brame profond et désespéré. Ah mon tout-puissant Dieu, tu dois vraiment t’emmerder dans ton coin d’éternité. Ça doit manquer de bars mal éclairés et de scènes fumigènes où des ombres floues se mélangent dans tous les recoins du noir. Ah oui, mon Dieu, tu dois aussi salement manquer de pinard dans ton ciel sans cave. C’est pourtant bien toi qui avais commencé, tu te souviens, Noé ? Ton mec de l’Arche ? Le premier mec bourré de l’histoire de l’humanité. C’est bien toi qui lui avais donné l’idée, non ? Cultiver la terre. Planter de la vigne. Faire fermenter. Goûter. Putain c’est trop bon. Allez, encore un verre. Garçon ! Un autre ! C’est ma tournée ! Remets-moi ça fiston ! Juste une lichette, un petit dernier pour la route.
Noé voudrait se lever mais il s’écroule, s’endort tout nu et rêve de menthe sauvage et de vahinés.

Sans dec, mon Dieu tu devrais essayer.
L’alcool, la drogue ou la Vie de Brian qui raconte l’histoire d’un garçon juif né le même jour que ton fils, ça pourrait t’arracher plus qu’un sourire, si jamais tu avais le moindre sens du deuxième degré. Tu vois, en théorie, tu as d’infinis moyens à ta disposition pour te faire rire l’estomac, alors pourquoi, POURQUOI T’ACHARNER SUR MOI ?

Parce que là, mine de rien, la situation est grave. Le cycliste expérimenté est prudent.  Certes. Avant de s’en aller par monts et par vaux, il a en mémoire tous les pépins mécaniques accumulés pendant tous les kilomètres roulés. Certes. Mais de là à partir avec une chambre à air de rechange ET des rustines, faudrait voir à pas exagérer. Statistiquement, une crevaison ne peut pas survenir immédiatement après une autre crevaison. Faut un laps de temps raisonnable. Je sais pas moi, au moins une bonne semaine, voire un petit mois. Alors, aller s’amuser à percer mon deuxième boyau dans son petit sac accroché sous la selle, tu diras ce que tu voudras, mon Dieu, moi je trouve ça petit. Mesquin. Et pour tout dire indigne de toi.

Pfffffuiiiit.
Et pourquoi pas pouët pouët, tant qu’on y est.

Bon.
Je range mes outils.
La nuit est tout à fait tombée.
Quinze ou peut-être vingt kilomètres à pied, finalement, qu’est que ça peut faire ?
Je planque mon vélo dans un fourré touffu.

Clac. Clac. Clac. Clac. Sous mes semelles les inserts métalliques frappent l’asphalte sur un rythme binaire.
Clac. Clac.
C’est agaçant mon Dieu, hein ? Ça t’empêche de dormir.
Clac. Clac.
Ben oui, fallait y penser avant.
Clac, clac.

C’est alors qu’un bruit de moteur. Un bruit de moteur ? Un impossible bruit de moteur monte de cette route perdue à cette heure où tous les écureuils sont déjà couchés. Ça y est mon Dieu, j’hallucine, j’ai des visions et bientôt tu vas m’apparaître en nuisette ou en déshabillé. Mais non. Point de dentelle et encore moins de porte-jarretelle. Juste la route, la nuit et quelque part, pas très loin, la présence d’un moteur à explosion. Présence qui se précise et se matérialise sous la forme de deux phares qui projettent mon ombre sur tous les troncs trapus qui bordent le talus.

Ce n’est plus l’heure et surtout pas l’endroit. Alors, je continue, l’air dégagé, l’air de rien, l’air du promeneur qui flâne un beau jour d’été. Pour un peu, je me mettrai à siffler. La voiture, petite, me dépasse. Lentement. Freine. S’arrête.
J’arrive à sa hauteur.
À l’intérieur, une personne de sexe indéniablement féminin ouvre la portière et me demande si tout va bien.

Le Tour de Rien : Pfffffuiiiit. (1)

Imaginez un crépuscule ventru.
Le ciel qui mange la forêt profonde.
Vous êtes à mille lieues de toute terre habitée. Ou en tout cas à une bonne heure de marche du premier feu.

Les arbres se mélangent.
La route sombre et le vert perd ses couleurs.
Lentement.
Il reste encore du temps. Assez de temps.
Faudrait quand même pas mollir. Le soir brouille les bords de l’étroit sillon découpé dans la forêt. Debout sur les pédales, j’essaie de deviner les creux et les bosses. D’éviter les ornières. Les rigoles sournoises, taillées en travers de la route, qui attendent, tranquilles, l’arrivée d’un pneu parallèle qu’elles enserrent amoureusement. On dit alors que le cycliste effectue un soleil. Il s’envole, cul par dessus tête. Plane un court instant, les quatre fers, en l’air avant de s’écraser sur la face dure de la terre.

Le soleil, j’ai déjà donné. Et plutôt deux fois qu’une. Alors je fais gaffe. Super hyper gaffe. Le frein léger, la pédale de velours et dans le guidon, toute l’onctuosité d’une mayonnaise montée à la main.  J’efface tellement bien toutes les aspérités du terrain que mon train arrière s’assouplit d’un seul coup. Ça tortille, ça zigzague, ça devient complètement mou. Et ces cahots subits, ce frottement de métal contre le caoutchouc, mais non, mais c’est pas vrai, cela ne peut pas être, Dieu mécréant et fragile, pourquoi moi et maintenant ?
Je m’arrête. Pneu arrière flasque, flapi, aplati, ramolli, vidé, crevé.
Je hurle à la lune.

Dieu met ses boules Quies.

Le pneu arrière, évidemment. À l’avant, c’est trop facile, juste un desserrage rapide et la roue est libérée. Tandis qu’à l’arrière, la roue est prise dans le fil de la chaîne enroulée autour de la cassette et de ses multiples pignons. Essayez un peu de dégager tout ça au milieu de nulle part, pendant que la nuit tombe et que les loups se mettent à hurler. Au moins, il ne pleut pas. On peut pas tout avoir. Et surtout, SURTOUT ! J’ai dans la petite sacoche de selle une chambre à air de rechange.

Parfaitement mon Dieu.

Tu te souviens ? La fois où tu avais mis sur mon chemin ce caillou planté au milieu de cette route d’alpage. Moi qui était parti léger, juste une gourde et rien pour réparer. Bon. Dans un sens je te comprends. Chez toi, c’est pas tous les jours dimanche et c’est même de plus en plus lundi. Alors, de temps en temps, il faut bien se détendre. Transformer un cycliste en piéton. Le regarder descendre de la montagne, surfer les champs de pierres sur ses chaussures à insert métallique. L’enduire de boue jusqu’à mi-jambes. Le rincer dans un filet d’eau glacée. L’amener à la gare juste à temps pour voir le bus partir. Alors, tu ris et moi aussi. Mais je vais te dire mon Dieu, si ce genre de gag à deux balles t’amuse vraiment, pour ton prochain Noël, je t’offre l’intégrale de Laurel et Hardy, un coffret de 11 CD, remplis de gens qui se poursuivent et prennent des portes ou des planches dans la figure.

Dieu prend note.

Je renverse mon vélo. Desserre l’écrou. J’extrais la roue arrière sans même me salir. Pas mal, mon Dieu, qu’est-ce que tu en dis ?

Dieu se retourne dans son lit.

Je démonte le pneu.
Extrais la chambre à air blessée.
La remplace par sa copine toute neuve
Et par-dessus, le pneu requinqué.
Pompe, pompe, pompe.
5 minutes chrono, pièces et main d’oeuvre.
Pas peu fier, je remonte sur mon destrier.
Et là, qu’est-ce que j’entends dans le silence de la nuit ?

Pfffffuiiiit.

De joie, Dieu manque d’avaler son oreiller.