L’horoscope de l’homme sagittaire

Il faut que j’arrête Wikipedia. A trop vouloir se frotter de connaissance, on finit par s’échauffer. Perdre le fil. Alors que le sujet, c’est l’horoscope et l’objet, c’est l’homme sagittaire. Justement, parlons-en. Que je vous dise d’abord, que l’homme sagittaire possède un pied ailé. Il est bondissant. Il est agile et souriant.  Il ne tient parfois plus en place, alors il court. Il fait la cuisine et il lui arrive d’avoir froid.
SANTÉ
Le garçon sagittaire est naturellement beau et en bonne santé. C’est normal. Ses parents ont longuement réfléchi pour déterminer les conditions optimales de sa mise en orbite. En mars, sentant le moment venu, ils ont invoqué les puissances cosmiques pour que la petite graine croisse et se multiplie. Ce qui fut fait et bien fait. Au final, un bébé magnifique, un enfant spectaculaire et un adule élégant mais sans excès.
Conseil : éviter cette pluie froide, on dirait de la neige liquide.
TRAVAIL
Le garçon sagittaire comprend. Il voit. Il entend. Il crée. Il dessine sans effort. Il peint avec naturel. Devant cette abondance de biens, il s’interroge. Pourquoi choisir ? Alors il se lance dans diverses entreprises avec un égal bonheur. Il voyage dans le monde et le monde le découvre avec ravissement.
Conseil : aucun
ARGENT
Le garçon sagittaire reçoit le salaire de ses multiples occupations. Il le fait fructifier avec sagesse et sans ostentation.
Conseil : pourquoi pas quelques mois au soleil sur un voilier en bois ?
AMOUR
Ouhlala. Tout de même. Sachons garder la tête froide. Forcément, cette discrète combinaison de  charme et d’excellence suscite forcément les convoitises. Mais, pris dans un entrelacs d’œillades lascives, le garçon sagittaire sait garder la tête froide et le reste avec.
Conseil : il s’agit de procéder dans l’ordre. Avec méthode. L’établissement d’un tableur Excel où seront introduits des critères précis, tels que taille, âge et couleurs des yeux, vous permettront de prendre la bonne décision pour savoir qui partagera votre terrasse avec vue sur la lagune.
Note de l’auteur
Accorte lectrice, sache que je partage ta frustration à la lecture du destin doré promis à ton homologue masculin né entre le 23 novembre et le 21 décembre. Alors qu’un plongeon inattendu dans Wikipedia te prive d’une lecture pertinente des événements tragiques qui ne manqueront pas de bouleverser ton existence dans un futur proche. Moi-même, je peine à m’expliquer ce moment d’égarement. Au moins, les garçons sagittaires sont rassurés. D’ailleurs mon fils cadet est né le 6 décembre.
Heureusement, je ne possède pas de fille ou de troisième fils, ce qui devrait ouvrir la voie à un jet continu d’objectivité pour la fin de l’année. Et là, qu’on se rassure, ça va chier pour tout le monde.

L’horoscope de la femme sagittaire

Je ne recule devant rien pour livrer à la femme née entre le 23 novembre au 21 décembre le détail scientifique des événements prévus. Je passai ainsi une nuit entière à observer la constellation du Sagittaire, un astérisme en forme de théière, c’est pas moi qui le dit, c’est Wikipedia, je vous voyais dubitative. Vous pensiez, il a voulu dire « astérisque » ou plus certainement « Astérix. » Eh bien non, je lis même des livres sans les images.
Donc, et je continue à citer Wikipedia, « en astronomie, un astérisme est une figure remarquable dessinée par des étoiles particulièrement brillantes. En général, ces étoiles ne sont liées ni par une interaction gravitationnelle significative, ni par une gestation commune. L’ensemble n’a donc aucune valeur astrophysique, ce qui fait d’un astérisme un objet céleste plutôt arbitraire et subjectif. Ce sont sur la base d’astérismes que les civilisations ont imaginé leurs constellations. »
Qu’est-ce que c’est que cette dernière phrase ? Qui c’est Wikipedia ? Ça va ou bien ? Déjà, je n’aime pas trop cette histoire d’objet arbitraire et subjectif. Mais « imaginé », ça c’est fort de café. Les civilisations auraient « imaginé » les constellations. Bien sûr. Et aussi donné des noms imaginaires aux dites constellations. Et pourquoi pas imaginé l’horoscope, tant qu’on y est. Horoscope qui est l’essence même de cette rubrique scientifique.
Nous, on aurait imaginé que les personnes qui écrivent dans Wikipedia pénètrent le sens du verbe imaginer et l’utilisent avec parcimonie. Exclusivement pour les cas avérés de grosse daube intellectuelle. Alors que l’horoscope, c’est du béton.
Ahlala. Je crois bien que je suis remonté. Alors, mon pronostic pour la femme Sagittaire.
SANTÉ
Les civilisations ont imaginé la santé.
TRAVAIL
Les civilisations ont imaginé le travail.
ARGENT
Les civilisations ont imaginé l’argent.
AMOUR
Les civilisations ont imaginé l’amour.
Pour les conseils :  appelez Wikipedia.

Au salon des premières romancières: Émilie Hermant

Derrière le premier roman, il y a la première romancière ou le premier romancier.
Au salon du premier roman, nous étions plus de cinquante. Des gens qui écrivent entre deux. Entre le travail. Les enfants. La famille. Les choses à faire. La photo montre deux auteurs rencontrés à Draveil. Je commencerai par la jeune femme. Au civil, Émilie Hermant est psychologue. Elle est aussi photographe. Elle a érit un livre qui s’appelle Réveiller l’aurore.
Son histoire parle d’Alice qui apprend le piano et construit une cabane tordue dans les arbres parce que son père aime le piano et les cabanes dans les arbres. D’ailleurs, la maison familiale ressemble à une cabane en plus grand et à peine plus civilisé. À Aulne, là où est plantée la maison, Alice dispose d’un jour et demi chaque quinze jours pour « passer son entretien d’embauche » en vue de  « devenir la fille de son père ». Le reste du temps se déroule à Paris avec des soeurs plus grandes et une maman « immense et longue comme une tige ». Une maman qui va bien. Une maman qui va moins bien. Une maman qui va mal. Une maman qui souffre d’une maladie neurodégénérative rare. Le type de maladie qui peut se transmettre de mère en fille. Un jour Alice apprend qu’elle porte aussi « le mauvais gêne ». Alors, Alice se retire du monde. Alice plonge. Jusqu’au moment où elle rencontre Tahiti Douche, parfum vanille.

La musique du livre tient à la fois de la comptine, du xylophone de la maternelle, du violoncelle, de l’orgue de barbarie et du piano de Schumann. Un peu comme la voix d’Alice Rivières, née le 13 mars 1973, femme, enfant, qui voudrait bien mourir avant que la conscience ne disparaisse dans la faille génétique.
Émilie Hermant, Réveiller l’aurore, Éditions du Seuil

Le prix du premier roman

TATIANA ARFEL a remporté le prix du premier roman de Draveil en cet an de grâce 2009. Le livre s’appelle L’attente du Soir, aux éditions Corti. Je n’ai pas encore eu le temps de le lire mais je vous le recommande vivement quand même, sur la base de ce prix et des avis enthousiastes du jury et des lecteurs. Voici un lien qui devrait vous éclairer.
Pour revenir au Salon, l’auteur de premier roman rencontré à Draveil est une fille ou un garçon. Souvent trentenaire et plus. Médecin, psychologue, enseignant, retraité… Plutôt sympathique. La tête dans le deuxième roman. La tête dans l’écriture. Le corps bloqué dans une réalité remplie d’horaires, de travail et d’autres événements tout à fait secondaires.
L’auteur de premier roman rencontré à Draveil voit arriver en face de lui les vagues de 16 mètres de haut remplies de romans nouveaux ou anciens. A plat-ventre sur son livre, il ne voit même pas le haut de la vague qui va le submerger. Il continue droit devant. La vague arrive. Il pagaie de toutes ses forces. Il remonte le mur liquide à la force de ses bras. Il y est. Il se redresse et voit le monde entier. Juste deux secondes. Juste avant d’être retourné par le sommet de la vague. De disparaître d’un seul coup dans la machine à laver. La mer tourne. Il ne sait plus où est le ciel. Ses poumons boivent des hectolitres d’eau salée. Il échoue près de la plage où il reprend ses esprits. Tousse. Crache. Remonte sur une page blanche et attend la nouvelle vague. Il faut qu’il écrive. C’est plus fort que lui.

Au Salon du Premier Roman

draveil_2J’ai reçu un coup de téléphone, il y a quelques mois. A l’autre bout du fil, une voix tout à fait aimable m’a expliqué comment me rendre au Salon du premier roman de Draveil. Il paraît que c’est tout près de Paris. Les  hommes préfèrent les guerres fait partie des romans retenus pour le prix du premier roman que cette manifestation attribue depuis 2002. J’ai donc été invité à me rendre sur les lieux, le samedi 14 et le dimanche 15 novembre 2009.
Je n’en suis toujours pas revenu.

L’horoscope de l’homme scorpion

scorpion1Vous êtes né de sexe masculin entre le 23 octobre et le 22 novembre. Convoquez vos parents sur le champ. Prosternez-vous. Rendez grâce au ciel qui vous a mis sur la route de ce couple élu : un homme et une femme qui ont longuement réfléchi avant de s’accoupler avec soin dès le mois de février pour que vous arriviez à maturation en novembre, le plus beau mois de l’année. Juste avant l’Avant. Jouez hautbois, résonnez musettes. L’enfant paraît. Il est beau. Il est élégant. Il porte des boucles blondes. Il sait jouer de la guitare. C’est un garçon.
SANTÉ
Les garçons scorpions sont naturellement beaux. Remplis de vitamines et de systèmes compliqués en parfait état de fonctionnement. Ils traversent les épidémies et les continents sans sourciller. En cette fin d’année où pointe le flocon,  ils se rient des vaccins et des virus mesquins aux noms compliqués. Ils ont les dents blanches et une âme d’enfant.
Conseil : juste une touche de jus de carotte pour conserver tout l’hiver ce teint doré.
TRAVAIL
Les garçons scorpions sont naturellement doués. Ils donnent dans l’art, l’informatique, l’agriculture, la finance et même la religion avec un égal bonheur. En cette fin d’année, les promotions s’accumulent comme les flocons.
Conseil : aucun.
ARGENT
Promotion = bonus que les garçons scorpions investiront utilement dans une résidence secondaire, à la plage ou à la montagne.
Conseil : utilisez le solde de la transaction pour une Aston-Martin vert profond et assorti à votre silhouette de prince las.
AMOUR
Une Aston-Martin verte comme la nuit attire les regards des longues jeunes filles au visage délicat. Mais que dire lorsque vous vous jaillissez souplement de l’habitacle pour prendre la lumière froide des premiers jours de l’hiver ? C’est l’évanouissement. La pâmoison.
Conseil : votre œil délicat  et éduqué à l’assemblage de couleurs complémentaires pourrait apprécier la juxtaposition d’une longue chevelure cuivrée et de cette carrosserie d’un vert tellement anglais qu’on dirait qu’il pleut.
Note de l’Auteur
Accorte lectrice, amène lecteur. Vous venez de découvrir les destins comparés de l’homme et de la femme scorpion en ce mois venteux. Et vous vous interrogez. Comment une infime différence de sexe peut-elle avoir de si grands effets. Y aurait-il eu une glissade sur le plan incliné de l’objectivité ? Sur la pente savonneuse des recherches scientifiques que j’entreprends chaque jour pour bétonner les affirmations de cet horoscope mensuel ? J’ai tout bien vérifié. Tout est en règle. Par la grâce de parents inspirés, les garçons scorpions sont beaux, élégants, bouclés et jouent de la guitare.
D’ailleurs, mon fils ainé est né le 9 novembre.

L’horoscope de la femme scorpion

scorpionVous êtes née entre le 23 octobre et le 22 novembre. Parlez-en à votre avocat. Qu’il contacte vos parents. Qu’il négocie le montant de vos indemnités. Rendez-vous compte : comploter aux premiers jours de l’an nouveau. S’accoupler dès février pour vous obliger à naître pendant le mois le plus sinistre de l’année. Froid. Humide. Sombre. Triste à l’infini. Assez de souffrances inutiles. Que ces pratiques barbares cessent immédiatement pour faire place à la Procréation Assistée par Ordinateur. (PAO)
SANTÉ
Le choix s’est élargi cette année. En plus de la grippe normale, votre corps de déesse est livré sans défense à la concupiscence du virus H1/N1. Plus un petit rhume. Plus une petite toux sèche. À l’étroit dans vos nouvelles bottes trop hautes, vos pieds douloureux vous font regretter chaque jour cet achat impulsif.  De guerre lasse, vous craquerez dès les soldes de janvier pour une nouvelle paire de bottes trop pointues et vos pieds meurtris ne s’habitueront jamais à ce nouvel habitat.
Conseil : prévoyez des lainages, des cache-cols, des mouchoirs en quantité suffisante. Utilisez des compresses à la feuille de sauge pour dégonfler ces yeux bouffis.
TRAVAIL
Votre tête pèse un quintal. Les bruits du monde vous parviennent à peine, filtrés par un nuage de coton. Votre nez coule et vos yeux aussi. Vos collègues vous somment de porter un masque de protection en papier blanc.
Conseil : mettez en veilleuse vos projets de développement personnel. Et portez sans discuter ce masque de protection en papier blanc.
ARGENT
Noël approche dangereusement. Noël et les cadeaux pour toute la famille, les amies, les amis, la foule.
Conseil : après examen approfondi de votre compte en banque, offrez à tout le monde le même porte-bougie en rotin.
AMOUR
Je vous demande pardon ? Êtes-vous bien sûre de vouloir sonder les abîmes de votre avenir amoureux ? Il faudrait effectuer un forage profond. Descendre jusqu’au fond de la mine et encore. Soyez raisonnable, vous grelottez et votre nez vermillon a doublé de volume.
Conseil : Votre lit double est encore vide ce soir. Remplissez-le avec une bouillote bien chaude.

Les hommes préfèrent les guerres

Le livre est disponible en librairie. S’il n’est pas dans les bacs, votre libraire se fera une joie de le commander. Quelques liens pour le commander en ligne 
amazon, chapitre, fnac,
Patrick Magnin a réalisé la page de couverture www.drawingplan.ch 
Pour vous faire une idée du jeu de jambes de l’auteur, trois extraits ont été placés sur la colonne de droite, au sommet de l’écran.

Roulons-nous sans vergogne dans l’autoglorification

YannYann Graf est un jeune homme plein de ressources.
Il construit de beaux sites avec ses petites mains. Il programme dans des langages compliqués jusque dans les sous-sols du multimédia. Il tripote son iPhone en regardant autre chose sur l’écran de son ordinateur. Il est partout à la fois, en Allemand, en Suisse-Allemand, en Français, en Anglais, et peut-être d’autres langues que j’oublie. D’ailleurs, son blog et souvent ses articles sont bilingues.
Depuis quelques mois, Yann se préoccupe de développement durable, sans sombrer dans le biotope de l’écolo hardcore. Il a plein de bonnes idées et ça vaut la peine d’aller jeter un coup d’oeil, vous le trouvez dans la liste des blogs amis, ou en cliquant ici c’est facile.
Ce mois-ci, Yann publie un article sur Les hommes préfèrent les guerres. Et aussi quelques images du texte, écrites à la main avec un vrai stylo et de l’encre bleue. Une idée à lui pour voir comment je me débrouille en calligraphie.
C’était l’instant d’auto-glorification sans vergogne.

The Armonist

The ArmonistPeut-être que vous vous souvenez encore.
Dans les années 70, la musique était fabriquée sur des bandes, depuis des studios en bois. Le son était chaud comme une crème au caramel et les guitares à couper au couteau de boucher. Les musiciens se servaient de leurs instruments pour fabriquer de la musique en chair et en os.
The Armonist, ce serait un peu comme si on avait ressorti les bandes, les studios huit pistes et les guitares usées par le frottement d’un plectre qui sait exactement où il va. Pas besoin d’explication ou de mode d’emploi : la musique est aussi une histoire d’artisans qui maîtrisent leur art.
Alors voilà The Armonist, groupe nouveau, son contemporain, et pourtant enfoncé jusqu’aux genoux dans le jus pas toujours pasteurisé des seventies. De vraies mélodies et des plages de guitare qui rappellent ce temps béni où les musiciens savaient avant tout jouer de la musique.
Deux liens pour découvrir la version studio et la version accoustique de leur premier titre :
http://www.myspace.com/thearmonist
http://www.mx3.ch/artist/thearmonist