L’horoscope panoramique de l’homme vierge

De l’insatisfaction nait l’ulcère à l’estomac.
Soucieux de la qualité des sucs gastriques qui parcourent vos intérieurs, je sacrifie mes heures de sommeil pour repartir sur le chemin que les étoiles tracent pour les hommes vierges. Cette fois-ci, pas de quartier. Ceci est un horoscope divisé en quatre rubriques carrées et tendues de rigueur spartiate : Santé, Travail, Argent et Amour. Avec des majuscules pour bien montrer où se trouve le début du mot.

SANTÉ
L’homme vierge est en bonne santé mais faut pas pousser. S’il sort de chez lui torse nu en hiver, alors, l’homme vierge attrapera une bonne broncho-pneumonie. Il sera allongé sur un lit d’hôpital. Il souffrira en implorant le ciel.
Conseil : en hiver, ne pas sortir le torse nu. Mettre une veste. Ajouter une écharpe pour les grands froids.

TRAVAIL
L’homme vierge travaille. Parfois beaucoup. On me signale également des cas d’hommes vierges qui travaillent peu ou pas du tout. Croyez bien que je le déplore. Le travail est une invention qui vient de loin et qui permet à l’homme moderne de courir vers l’imprimante pendant que la mort gourmande l’attend dans ses cuissardes vernies.
Conseil : n’oubliez pas de remettre du papier dans l’imprimante.

ARGENT
L’homme vierge mange son pain à la sueur de son front. Lorsqu’il découvre le pain aux raisins, il se dit que sans sueur et avec un peu de vanille, le pain est beaucoup plus bon.
Conseil : Enfournez, enfournez d’avantage, pour que la vanille se mélange aux raisins.

AMOUR
Un sujet délicat mais il faut aujourd’hui laisser enfin la vérité éclater au grand jour : il arrive que l’homme vierge éprouve une bouffée de chaleur.
Son pouls s’accélère. Il a des vapeurs. Ces changements physiologiques visibles à l’œil nu sont les manifestations du trouble que l’homme vierge éprouve à la vue de l’être aimé. Il a des frissons. Il regarde le sol. L’homme vierge s’avance alors vers l’objet de ses transports et l’aborde en lui demandant si elle / il habite chez ses parents. Ensuite, le couple nouveau procède à un échange de fluides corporels, l’extase n’est pas bien loin, oui, oh oui, prends-moi tout(e). Brigand. La nuit recouvre les amants épuisés d’une ombre aussi noire que les cuissardes vernies de la mort. L’aube bleue vient caresser leurs visages. Il dit alors heureuse ? Elle / il dit que oui. Alors, ils se lèvent, s’habillent et s’en vont remettre du papier dans les imprimantes. Le soir, ils se retrouvent. Ils achètent un frigidaire, un monospace et une voiture d’enfants. Ainsi motorisés, ils procréent en toute hâte.
(Pour la clarté du récit, nous abandonnons ici la voie du couple monosexuel. Non. Je n’ai rien contre le couple monosexuel. C’est juste que cette alternance elle / il alourdit le récit. Et il faudrait approfondir la question de la procréation, envisager ses aspects plus sophistiqués. Il existe à ce sujet une littérature luxuriante que je vous laisse consulter.)
Ils vont à la mer et aux sports d’hiver. L’homme vierge remplit les imprimantes par pleines lessiveuses. Son épouse aussi. Ils ont une résidence secondaire et c’est un rayon laser qui tond la pelouse. Ensuite les enfants s’en vont à leur tour, mettre du papier dans les imprimantes. Le soir tombe. L’homme vierge s’assied sur un banc. Il sort de sa poche une blague à tabac gris et une pipe culottée jusqu’à l’os.
Il regarde le soir tomber et se tourne vers son épouse. Il lui dit femme, les enfants sont partis et le soleil se couche dans tes yeux gris, on dirait la mer qui se reflète sur les falaises blanches de Douvres. Avant de partir, il est temps de penser à nous.
Elle pose son regard sur son homme vierge que le crépuscule embrase. Elle dit oh oui. Pensons à nous. Achetons une imprimante.

L’horoscope interactif de l’homme vierge

Un excellent ami né sous le signe de la vierge me fait part de sa frustration. Il a bien lu les deux articles consacrés au décryptage de son futur astrologique, il les a retournés, secoués, mélangé la pulpe et l’orange. Après lecture et relecture, il pointe un doigt accusateur et me reproche de ne pas du tout avoir traité le sujet. Mais, Yann, qui  parle de sujet ? Et d’abord, qui est le sujet ? L’homme vierge ? Ah oui ? Ah bon. Alors, l’homme vierge. Pourquoi pas ? J’ai bien parlé de l’homme lion.

Pour éviter tout risque de dérapage, je m’habille de rigueur spartiate. Le sujet c’est l’homme vierge. Donc, il faut trouver le sujet. Alors, je lance un avis de recherche sur toute la toile avec ces mots : « Personnages célèbres signe vierge. » Du fond du gouffre électronique, une voix me répond et me renvoie à cette page dont je raccourcis l’adresse pour fluidifier le propos.
http://bit.ly/bdvevh
Ici, j’assume le fait que vous utilisez bien un ordinateur connecté et pas une machine à écrire pour lire cet article. La quatrième proposition que vous découvrez sur la page s’intitule « Signes Zodiacaux. » Vous voyez ? Cliquez sur le lien et vous arrivez ici.
http://www.evatomaz.com/pagecadre00113.htm
Là, vous êtes sur le Bélier, mais on parle de la vierge, alors s’il vous plait, un peu de concentration. Descendez dans la page jusqu’à la vierge. Vous y êtes ? Sans vous commander, si vous pouviez activer un peu, il me reste une tonne de repassage. Ça y est ? Bien. Ne perdez pas de temps à lire la fiche technique et allez directement aux « Personnages Célèbres de ce signe. » Qui voyez vous dans cette liste ? Vous lisez : Ingrid Bergman, Leo Teolstoi, Johann Wolfgang von Goethe, Agatha Christie, Sean Connery, Greta Garbo, Jacqueline Bisset, Richelieu.

Bon. Et alors, Tout va bien ? On est content ? On est heureuse ? Ah oui ? Ah bon. Alors, on relit et je vous donne un indice, en gras dans le texte : Ingrid Bergman, Leo Teolstoi, Johann Wolfgang von Goethe, Agatha Christie, Sean Connery, Greta Garbo, Jacqueline Bisset, Richelieu. Vous pouvez refermer votre navigateur. Nous en avons déjà trop vu.

Johann Wolfgang von Goethe. Et pourquoi pas Johann Wolfgang Chrysostomus von Goethe ? Tant qu’on y est, pourquoi ne pas y aller carrément et s’appeler Johannes Wolfgang Amadeus von Brahms Goethe ? Les hommes vierge ne sont pas sérieux. Quand ils sont Allemands et écrivains, ils copient leurs prénoms sur les musiciens. Et plus personne ne s’y retrouve. Le père de Brahms s’en fout. Mais pas le père de Mozart : il a passé une année sur le choix des prénoms. En cette fin de mois de janvier glacial, il arrive enfin à la mairie de Salzbourg et il a tout noté pour ne rien oublier. Devant l’officier de l’état civil, il déclare : « Johannes Chrysostomus Wolfgang Theophilus Mozart, né le 27 janvier à 20 heures, heure de Salzbourg. »
Assis au fond de la salle en attendant son tour, le père de Goethe n’en perd pas une miette. Il est impressionné. Il avait fait un choix simple et discret : « Marcel Goethe. » Mais tous ces noms latins le mettent en transe. Quand Mozart père a terminé il se lève. Il s’approche et devant l’officier il déclare : « Johann Wolfgang von Goethe. » Le sang du père Mozart ne fait qu’un tour. Il se rue sur le père Goethe en hurlant que les auteurs sont tous des copieurs. S’en suit un pugilat. Les gendarmes arrivent. On sépare les belligérants. Mozart dit qu’il veut changer. L’administration lui répond que non, ce n’est plus possible. Alors, le père Mozart dit qu’on verra bien. Il dit : « Puisque c’est comme ça, on l’appellera Amadeus. »

Vous saurez pourquoi en lisant le prochain horoscope de l’homme vierge.

Encore l’horoscope de l’homme vierge

On m’accuse de digression.
On dit que c’est une imposture. On dit que je m’égare. Que je n’ai pas traité le sujet. Que mes remerciements, on s’en fout. Qu’il s’agit avant tout de savoir ce qui va arriver à l’homme vierge dans un futur proche et constellé d’étoiles. « Constellé d’étoiles. » Je me relis et je suis navré. Dans « constellé » il y a déjà « étoiles » donc pas besoin de répéter, l’accorte lectrice et son homologue masculin ont déjà compris. « Constellé », ça veut dire en gros « parsemé d’étoiles ». Donc,  un futur constellé d’étoiles, c’est un futur parsemé d’étoiles d’étoiles.

Alors, forcément, surviennent le doute et l’interrogation. Qui est ce type qui se répète ? Et connait-il vraiment la Reine d’Angleterre ? Et est-ce que Mary Quant a vraiment inventé la minijupe et pas le fil à plomb ? Eh bien, il suffira de citer mes sources pour balayer les doutes et assoir définitivement ma réputation au firmament des horoscopes.

Un clic sur le lien suivant :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Quant
vous dira l’essentiel sur Mary Quant. Elle est Anglaise et elle invente la minijupe pour courir après les bus anglais. Après, elle reprend ses ciseaux et elle invente la micro minijupe et les shorts. L’œuvre de Mary Quant est traversée par ce désir de raccourcissement. Quand elle arrive au sommet des jambes, il ne reste plus d’étoffe à couper. Alors elle prend ses ciseaux. Elle va voir Vidal Sassoon. Il taille dans ses cheveux. Il lui fait une coupe extra-courte. Ce sont eux sur les photos.
C’était à la fin des années soixante. Sur leurs jambes découvertes, les femmes avaient les idées longues et le cheveu court.

L’horoscope de l’homme vierge

L’émotion m’étreint au moment de me pencher sur le sort tragique que les étoiles réservent aux hommes nés sous le signe de la vierge. J’ai une petite bouffée de chaleur et même un  début de frisson.
Car enfin ! Il y a onze mois, je me lançais à corps perdu dans la rédaction encyclopédique de cet horoscope universel et voilà que je termine ma première révolution autour des astres : une année complète et douze signes décryptés. Je me souviens encore de ce jour de septembre. Il faisait très beau. Dans sa robe bleue d’automne, le ciel concupiscent fabriquait des nuages aux formes abondantes. Suspendues aux arbres par un fil fragile, les feuilles fatiguées s’apprêtaient à rejoindre le sol pour nourrir notre mère la terre. Mon œil vissé au bout du télescope déchiffrait les mystères de la nuit. (Entre-temps, Le soleil s’est couché à l’ouest du ciel concupiscent et il fait nuit.)
Combien de manuscrits visités ? Combien de sites dépoussiérés ? Combien d’heures fiévreuses passées dans un état proche de la transe pour passer enfin de l’autre côté du ciel, là où le futur s’écrit en lettres de sang ? En vérité, je ne saurais le dire et ce n’est pas la question. Face à cette somme, à ce monument, l’heure est à la joie. La fatigue s’efface. Restent l’émerveillement, ce sentiment de plénitude et surtout, les remerciements.

Tout d’abord, un merci ému à la couronne d’Angleterre, plus particulièrement HMQELIZABETH II pour avoir autorisé l’accès aux enregistrements des conversations téléphoniques entre le Prince de Galles et Camillus Parker. Majesté, pour le thé et les mouillettes, c’est quand vous voulez.

Un merci particulier à Aston Martin et  un message personnel pour James W. Paddleton, VP of marketing : James, j’attends toujours mon petit cadeau.

Un gros poutou à Philippe Candeloro qui  m’a fait don de sa  combinaison en jersey fabriquée durant le premier épisode de la Guerre des Étoiles.

Enfin, que grâces éternelles soient rendues à Mary Quant pour avoir inventé la mini-jupe plutôt que le fil à plomb.

Que les incrédules et les ignorants consultent la rubrique « l’horoscope universel » sur la droite de ce blog. Ils verront et ils croiront.

L’horoscope de la femme vierge

Chère femme vierge. Pourrais-tu prendre ta tête à deux mains et lire ceci : Bélier, Taureau,  Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons.
Que vois-tu? Une liste qui comprend les douze signes de l’horoscope en partant du 21 mars pour finir le même 21 mars, une année plus tard. Pourquoi, le 21 mars ? Parce qu’une année devrait toujours commencer au printemps.
Si maintenant, tu entreprends un massage des tempes avec les index et les majeurs, nous pouvons aborder un deuxième niveau d’abstraction et nous demander : mais dans cette liste, qui donc est l’intrus ? Et d’abord, y a-t-il un intrus ? Je dis oui. Absolument.

Reprenons. Le bélier est un bélier comme le taureau. Le gémeau est un jumeau, le cancer une prolifération anarchique de cellules qui ont perdu le sens de l’orientation. Le lion a une crinière qu’il ferait mieux de raser. (Voir l’horoscope de la femme lion) La balance balance. Le scorpion pique et le sagittaire aussi. Le verseau verse de l’eau dans l’aquarium pour que le poisson reste rouge. C’est facile : à chaque signe son ambassadeur, figure animale ou humaine. Les choses sont claires. Et pour le cancer ? Pour le cancer aussi. Mais j’aimerais quand même que celle qui a posé la question du cancer se dénonce. Petite futée. Il reste toute cette vaisselle à ranger.

Alors, chère femme vierge, autant te le dire tout de suite, la vierge la fout mal. D’emblée, le front anti-astrologique se plisse et se gausse : que penser d’une science dont les fondements reposent sur une confusion impardonnable entre l’être et l’état. On est taureau, sagittaire ou cancer. (Tu as déjà fini la vaisselle, il y a les cuivres à astiquer. File et que je ne te revoie pas avant la fin de cet article.) Point à la ligne. On n’a jamais vu un taureau se transformer en sagittaire ou un lion en scorpion. On nait balance, un point c’est tout. Ah oui ? Ah bon. Par contre, on est dans un état de virginité ou de non-virginité. Un bélier peut être vierge ou pas. Un gémeau aussi. Tout le monde peut être vierge, un scorpion, c’est pareil. Il faut choisir. Certains ne choisissent pas. Parlez-en au scorpion mâle. Il vous dira que la virginité est un état à protéger. Parlez-en à la scorpion femelle. Elle ne peut pas vous répondre. Elle a la bouche pleine de scorpion mâle après dépucelage.

Donc, il est établi que la vierge n’a rien à faire dans l’alignement bien ordonnancé des signes astrologiques. La vierge gêne. La vierge fait tache. Pour que l’astrologie soit enfin reconnue comme une discipline scientifique à part entière, il n’y a plus de temps à perdre.
Virons le signe de la vierge. Remplaçons-le par le signe de l’éléphant. Ça calmera le lion.

L’horoscope de l’homme lion

 
L’homme lion ferait mieux de se couper la crinière. Il aurait moins chaud en été. En hiver il porterait une écharpe mauve enroulée autour du cou. Et des moufles comme tout le monde.

Sans sa crinière, l’homme lion est plus aérodynamique. Sa silhouette s’allège et il voit mieux sur les côtés. Il parle à sa voisine dans les diners en ville. Le matin, il parle à son voisin. Lui demande des nouvelles de sa femme. Le voisin surpris lui répond que sa femme va bien.
Au repas de midi, la vue ainsi dégagée, l’homme lion découvre les crudités, à côté du pâté en croûte et de l’aiguillette. Il mange une salade verte pour son transit intestinal. L’après-midi se passe dans un rêve. Le soir il va au cinéma sans déranger la salle derrière. Il voit le film jusqu’à la fin. 
Il rentre chez lui et se couche. Près de lui, la lionne sourit. Enfin débarrassée de tous ces poils qui l’empêchent de respirer, la femme lion se réjouit. Alors, elle se retourne. Elle embrasse son lion. Lui, surpris, répond à son baiser et la nuit dure jusqu’au petit matin.

Quand elle se réveille, il lui demande alors, heureuse ? Elle dit que oui. Elle dit que sans sa crinière, l’homme lion est beaucoup moins con.

L’horoscope de la femme lion

Aux mâles plaintes qui s’élèvent contre l’absence d’horoscope pour les hommes cancer le mois dernier, j’apporte une réponse en deux temps.
Dans un premier temps, je vous encourage à considérer l’ensemble des recherches et des lectures nécessaires à la rédaction d’un horoscope qui s’étend sur plus de 10 épisodes haletants : Il restait deux lecteurs au moment du dénouement.
Dans un deuxième temps, le mois d’août touche à sa fin et nous n’avons toujours pas effleuré toutes les épreuves qu’un destin tragique réserve aux natifs du lion.
Donc, que les hommes béliers relisent l’horoscope de la femme bélier. Toutes les informations sont là. Il suffira de remplacer « Prince Charles » par « Camilla ».

La femme lion commence le 23 juillet et finit le 23 août. C’est court et heureusement : tout le monde voudrait être un lion. Alors, une lionne, vous pensez bien. En été, ses longs poils en corolle tout autour de son cou indisposent le lion. Alors que la lionne pas du tout. La nuque dégagée et les narines débarrassées de tous ces poils dans le nez, la lionne se promène, lascive et indolente au milieu de tous ces lions que la crinière gêne. Ils économisent leurs pas. Ils suent. Ils passent leurs journées allongés.

La lionne en les regardant a comme un rire intérieur. Elle garde pour elle le secret du ciseau, l’existence du coiffeur.

L’horoscope de la femme cancer (5ème partie)

Nous avions quitté le Prince Charles, la main dans la main de Camillus, sur le perron de Balmoral Castle, Écosse.

Au contact prolongé de cette main tiède et puissante, Charles, Prince de Galles, renaît. Le monde est revenu à sa place. Il sent sa cage thoracique qui s’ouvre. Il sent pour la première fois cette odeur de fumée dans l’air froid de l’automne. Il est entre de bonnes mains, entre de vraies mains. Charles voudrait parler mais les mots restent collés au fond de sa gorge et c’est Camillus qui rompt le silence.

– Tu te souviens, Charles ? Il faisait si beau ce soir là.
– Je me souviens.
– Il avait plu tout le jour et le ciel s’était éclairci. Nous regardions le soleil orange tomber dans la mer.
– Et tu m’avais dit que nos chemins allaient se séparer.
– Exact. Toi le Prince de Galles et moi le prince blanc du blues électrique.
– Je t’ai suivi. Depuis le premier vinyle en 1968, jusqu’au dernier. Jusqu’à l’arrêt. Jusqu’à la fin.
– Il faut bien une fin, Charles, tu le sais bien. Le Flower Power était un rêve. Le rêve. Ensuite le commerce est revenu racheter la musique et les musiciens.
– Oui. Les choses sont rentrées dans l’ordre des choses. Tu es agent immobilier, maintenant. Je suis Prince de Galles. Nous aurions dû fuir. J’aurais dû partir à Paris, monter sur les barricades. Malheureusement, j’aime le polo.
– Et moi j’ai vendu mes guitares.
– Alors, il ne reste vraiment plus rien de nous.
– Il reste quelques photos passées et ta main dans mes cheveux.
– C’est ce que je dis, il ne reste plus rien. Non, ce n’est pas vrai, je te regarde et je te revois. Je te reconnais. Tu es encore Camillus et je suis encore Charles.
– Et pour quelques années encore, nous ne sommes pas morts, que je sache.
– Je ne sais pas. Je crois que je suis mort depuis des années, Camillus. Je suis mort et je ne le savais pas. Je le découvre maintenant que tu es là.
– Allons Charles, nous nous retrouvons après tout ce temps et tu m’apprends que tu es mort.
– Tu as raison. Je ne t’ai pas fait venir ici pour mon enterrement. Il s’agit d’autre chose, c’est délicat, et je n’aurai que deux jours pour te convaincre. Deux jours, le temps nous est compté.
– Charles tu me fais peur, qu’y a-t-il de si délicat pour que tu aies besoin de deux jours pour m’en parler.
– Pas ce soir. Pas maintenant. Ce soir, nous célébrons nos retrouvailles. Harriet a préparé ton kidney pie. Tu te souviens de Harriet ? De ces déjeuners qu’elle préparait rien que pour nous pendant que mère était à l’étranger et que nous avions tout le Palais rien que pour nous ?
– Je me souviens de Harriet. Je me souviens de tout Charles. Moi aussi, je n’ai rien oublié.

– Alors rentrons. Il fait froid, maintenant.

L’horoscope de la femme cancer (4ème partie)


Nous avions quitté le Prince de Galles alors qu’il dévalait l’escalier de la plus haute tour de Balmoral Castle, Écosse.

Charles se tient debout devant la large porte d’entrée en bois de chêne. Derrière lui, le lierre lancé à l’assaut de la façade principale rougeoie dans les dernières lueurs du crépuscule. Un feulement sourd traverse l’air froid. Charles reconnait le son moelleux émis par les entrailles mécaniques d’un moteur britannique qui a écrit l’histoire. Une carrosserie à la mesure du galbe d’Ursula Andress qui l’habita avec grâce en 1965, pendant que Sean Connery se chargeait des vilains.
Le grondement velouté du moteur se matérialise et les pneus souples d’une Aston Martin DB5 grise font tendrement crisser le gravier de l’allée. L’Aston s’immobilise. Une silhouette sombre émerge de l’habitacle. Dans l’obscurité naissante, Charles devine la même masse de boucles lourdes, le même pas élastique. Le temps s’arrête.

Le visage de Camillus rentre peu à peu dans la lumière, et c’est le choc. C’est le même visage. Le visage aimé. Il y a bien quelques rides et quelques ombres de plus. Les yeux se sont peut-être un peu creusés. Mais la bouche est toujours pleine et le nez arrogant. Les boucles sont épaisses et d’un roux flamboyant, qui pâlit à peine sur les côtés. Charles est saisi. D’un seul coup, leurs regards se croisent, leurs mains se touchent et se prennent. Ils se sourient sans pouvoir se parler, encore. Leurs mains se serrent et ils se sourient, encore.

Septembre est saisi et se fige pour regarder deux hommes qui se sourient sur le perron de Balmoral Castle.

L’horoscope de l’homme gémeaux

Suspendu entre deux ciels, l’homme gémeaux hésite.

À ma gauche, Jacqueline Bouvier, 1 mètre 70 pour 54,5 kilos. Ascendance française. Brune tendance Chanel, ou Givenchy et port de tête trop royal pour une démocratie.
À ma droite, Norma Jean Baker, 1 mètre 61 pour 55 kilos. Ascendance compliquée. Blonde tendance callypige et une prédilection pour les robes cousues à même la peau.

Entre les deux, toutes les autres femmes.

L’homme gémeaux est divisé. Il y a le blond, bien sûr. Mais il y a le brun, aussi. Et il y a toutes les couleurs au milieu. Il faudrait au moins être deux, avoir quatre mains pour prendre tout.

JFK a fait son choix. Il prend Jackie. Il prend toutes les autres femmes. Et pour finir, il prend Marylin, qui est toutes les autres femmes.